Concession A25 indexe ses tarifs

Stéphane
Stéphane St-Amour
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le pont à péage de l’autoroute 25, récemment baptisé du nom d’Olivier-Charbonneau.(Photo: Mario Beauregard)

Depuis la mi-juin, les tarifs de passage sur le pont à péage ont été indexés au coût de la vie, ce qui se traduit par une hausse de 4 cents.

Conformément à l’entente de partenariat conclue en 2007 avec le gouvernement, Concession A25 a ajusté ses prix et tarifs, selon l’indice des prix à la consommation. Cet ajustement se fait à la date d’anniversaire de l’inauguration du pont.

Le coût du péage passe à 1,84 $ et 2,44 $, selon qu’on roule en période hors pointe ou de pointe.

L’indexation au coût de la vie s’applique aussi aux frais de gestion.

C’est ainsi que les frais mensuels de gestion pour les comptes réapprovisionnés directement à l’aide d’une carte de crédit sont passés à 1,02 $.

Pour ceux qui paient comptant, par chèque ou par carte de crédit dont ils gèrent eux-mêmes le débit, les frais ont été majorés de quelque 2 %, étant maintenant de 2,54 $ par mois.

«Tous les clients qui ont un compte ont reçu par courriel ou par lettre la nouvelle grille tarifaire», explique Pierre Brien, directeur des communications chez Concession A25.

Contrôle de la demande

Outre l’indexation à l’inflation, un seul autre facteur pourrait justifier une hausse tarifaire, à savoir un achalandage accru.

Outre l’indexation à l’inflation, un seul autre facteur pourrait justifier une hausse tarifaire, à savoir un achalandage accru.

Pour s’assurer que la fréquentation n’excède jamais le débit journalier moyen maximal de 68 000 véhicules, l’Entente prévoit un régime graduel d’augmentation des tarifs de péage applicable à l’atteinte de certains seuils.

Le coût du péage passe à 1,84 $ et 2,44 $, selon qu’on roule en période hors pointe ou de pointe.

La première année d’exploitation du pont a beau avoir dépassé les attentes avec plus de 11 millions de passages, on est encore loin de l’atteinte de la première marche de cette échelle tarifaire fixée à 3000 véhicules à l’heure en période de pointe (18 000 passages matin et soir) et à 45 000 véhicules routiers par jour.

“Pour appliquer une première hausse de tarifs, ce débit journalier moyen devra avoir été maintenu pendant au moins quinze mois successifs», explique M. Brien.

Ces derniers mois, le débit journalier moyen enregistré approche les 40 000 véhicules en semaine.

Recours collectif ?

C’est en septembre que s’ouvrira en Cour supérieure un débat juridique sur l’admissibilité d’un recours collectif que des requérants veulent intenter contre Concession A25.

Ceux-ci contestent les frais administratifs de 5 $ qui s’ajoutent au frais de passage chez les usagers dont le véhicule n’est pas muni d’un transpondeur. Les plaignants plaident une carence en termes d’affichage des tarifs, qui ne respecterait pas une disposition de la Loi sur la protection du consommateur.

Organisations: Cour supérieure

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires