Des accusations contre l’ex-propriétaire de Blackie

Kariane
Kariane Bourassa
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Photo: Courtoisie

Des accusations de maltraitance envers les animaux pourraient être portées contre l’ancienne propriétaire de Blackie, un chiot abandonné dans de piètres conditions dans une résidence de Laval, pendant la vague de déménagement du 1er juillet.

«Nous travaillons à soumettre des éléments à la cour, mais c’est le procureur qui décidera si les accusations sont valides», indique le sergent François Dumais, des Affaires publiques de la police de Laval.

L’ancienne maîtresse du chien fait face à l’article 446 du Code criminel qui réprime quiconque abandonne un animal «en détresse ou volontairement néglige ou omet de lui fournir les aliments, l’eau, l’abri et les soins convenables et suffisants».

 

Les autorités estiment que l’animal aurait été enfermé un minimum de 24h dans des conditions d’insalubrité et de chaleur extrême, avant d’être secouru par les nouveaux propriétaires du logis.

 

Il a par la suite été amené au Berger Blanc, où il a été vermifugé et préparé pour l’adoption. «Le chiot a passé des examens médicaux et une évaluation comportementale pour voir sa réaction en compagnie des humains et des autres animaux», explique le président du refuge, Pierre Couture.

L’effet papillon «Blackie»

En quelques heures, le refuge a reçu des dizaines d’appels de gens qui désiraient adopter le chien maltraité. «J’ai choisi de le donner à un couple de personnes âgées. Vous auriez dû voir la relation entre l’animal et la dame. On ne peut trouver mieux. Je suis convaincu d’avoir fait le bon geste», lance-t-il sur un ton décidé.

L’histoire très médiatisée de Blackie a touché beaucoup de Québécois et la saga a eu des répercussions positives au Berger Blanc.

Pierre Couture assure avoir fait un suivi peu de temps après l’adoption. «Le chien s’est très vite adapté aux habitudes de ses nouveaux maîtres. En plus, le couple à une grande cour, alors Blackie va pouvoir bouger», dit-il.

L’histoire très médiatisée de Blackie a touché beaucoup de Québécois et la saga a eu des répercussions positives au Berger Blanc. Après le passage de Blackie, 12 animaux ont été adoptés. «C’est le double de d’habitude», s’exclame le président. Huit chats et quatre chiens ont donc trouvé une nouvelle famille.

Le sergent Dumais espère que le dénouement de cette histoire incitera les citoyens à agir dans des circonstances similaires. «Les gens ne doivent pas hésiter à communiquer avec la police s’ils sont témoins de cruauté animale», dit-il, en soutenant que la police prend ces choses très au sérieux.

Pour information:www.bergerblanc.com

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires