Retrait du maire Vaillancourt: Angelopoulos assure que la Ville poursuit ses activités

Geneviève
Geneviève Fortin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Basile Angelopoulos, vice-président du comité exécutif.

Jeudi, au lendemain d'un point de presse où la majorité des médias n'avait pas été convoquée, Basile Angelopoulos, vice-président du comité exécutif, a tenu une conférence de presse durant laquelle il a réexpliqué que le maire Gilles Vaillancourt quitte temporairement ses fonctions pour se reposer et réfléchir à son avenir. Le numéro 2 de la Ville a également voulu rassurer les citoyens et assurer que les activités de la municipalité se poursuivent normalement.

«Les membres du comité exécutif sont solidaires dans cette période inusitée, a-t-il fait valoir. Le comité exécutif continuera de gérer la Ville, s'assurer de sa saine administration, s'assurer que les projets qui sont en cours de réalisation vont se réaliser de s'assurer que son développement va se poursuivre.»

M. Angelopoulos n'a pas pu indiquer combien de temps le maire sera au repos ni s'il sera au conseil municipal du 5 novembre.

Alors qu'au moment de l'annonce du retrait temporaire de Gilles Vaillancourt, le conseiller de Chomedey avait soutenu qu'il n'y avait pas de crise à Laval, il a nuancé cette affirmation jeudi après-midi. «La seule crise dont on peut parler à Laval actuellement, c'est la crise qui affecte le maire Vaillancourt. C'est une crise personnelle», a-t-il précisé, en notant que les 3000 employés municipaux continuent leur travail.

Il a déclaré que le comité exécutif n'est pas corrompu. «Je ne suis pas à l'abri de la tromperie», a-t-il cependant reconnu.

Lorsque les journalistes ont demandé à M. Angelopoulos s'il avait toujours confiance en Gilles Vaillancourt, chaque fois il a dévié la question ou a simplement répondu qu'il respectait la période de repos demandé par le maire et qu'il ne commenterait sa décision que lorsqu'elle serait connue.

Basile Angelopoulos a répété plusieurs fois avoir pleine confiance en l'Unité permanente anticorruption, l'escouade Marteau et la Commission Charbonneau.

«Situation pénible»

Rappelons que le 24 octobre, en compagnie de ses collègues du comité exécutif Jocelyne Guertin, Sylvie Clermont, Benoît Fradet et Alexandre Duplessis, Basile Angelopoulos avait annoncé que le premier magistrat prenait une période de repos, sur recommandation de son médecin. «Vous comprendrez sûrement que depuis quelques semaines, plusieurs événements ont créé une situation très pénible qui se reflète sur la vie actuelle du maire. Devant tout ça et selon les recommandations de son médecin, M. le maire a décidé de prendre du repos afin de retrouver cette quiétude d’esprit nécessaire pour effectuer une réflexion. Il sera en mesure de vous faire connaître les fruits de cette réflexion prochainement», avait-il annoncé.

Les 4 et 5 octobre, l'UPAC a perquisitionné les résidences de M. Vaillancourt et le 24, les enquêteurs ont visité des institutions bancaires où le maire posséderait des coffrets de sûreté. Dans son témoignage à la Commission Charbonneau, à la mi-octobre, l'ex-entrepreneur Lino Zambito a affirmé que le maire touchait une cote de 2,5 % sur tous les contrats octroyés à Laval.

À lire également: Une décision saluée

Organisations: Commission Charbonneau, Jocelyne Guertin, Lino Zambito

Lieux géographiques: Laval, Chomedey

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires