Les fédéralistes dans l'élection au Québec

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Trudeau fonce. Garneau évite. Harper dit non

Le fédéral dans l'élection provinciale.

Les conservateurs et les néo-démocrates sont les seules partis au fédéral à rester en dehors des élections au Québec.

Le NPD a envoyé une directive à ses membres de se la fermer durant l'élection provinciale.

La même chose vaut pour les députés conservateurs et ça inclus spécifiquement tous ceux qui travaillent au bureau du Premier ministre.

Harper ne veut pas que se adversaires disent plus tard qu'il ne se mêle pas de ses affaires. Harper a pris la peine de rencontrer Jean Charest avant les élections pour faire part du rôle qu'il entend ne pas jouer durant la campagne.

Mais il y a une autre raison. Parce qu'il n'y a pas de Parti conservateur au provincial au Québec, ceux qui votent conservateur se divisent au provincial entre la Coalition Avenir Québec (les anciens Adéquistes), les libéraux provinciaux de la droite (ceux qui perçoivent Charest comme un conservateur à toque rouge) et même certain Péquistes de la droite.

Ce n'est pas le temps pour Harper de permettre ce qui reste de son parti au Québec de se diviser à gauche et à droite sur la place publique. Ça servirait à quoi, une telle chose ?

La grande réussite de Thomas Mulcair au Québec a été d'empêcher son parti de se diviser sur la question des frais de scolarité et la contestation étudiante dans la rue. C'est pour cela que Mulcair, un dur, ne tolèrera pas aucune participation NPD de quelque bord que ce soit lors de cette élection.

Quant aux libéraux? Apparemment ils n'ont pas peur. Justin Trudeau, pour sa part, envisage d'aider à son député local Gerry Sklouvanos dans le comté de Papineau.

Mais Marc Garneau dit qu'il n'a pas la moindre intention de se mêler dans une élection qui n'est pas de ses affaires. Ça sera intéressant de voir où iront les autres députés libéraux et ce qui reste des organisateurs du parti au Québec.

Le Bloc québécois sera 100 % avec le PQ aux élections. Ça va sans dire. Mais il n'y a que quatre députés bloquistes au parlement. Ce n'est pas fort. Mais le chef Daniel Paillé est catégorique. Ils donneront le gros coup. Reste à voir son impact.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires