BMW X1 35i xDrive

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Du renfort sous le capot

Munich, Allemagne. Difficile pour un produit BMW de se passer d’un moteur six cylindres en ligne. Après tout, c’est le moteur signature de la marque. Pourtant, lors de son lancement, l’utilitaire de poche X1 se sortait très bien d’affaire avec un quatre cylindres turbo. Pour 2013, la firme de Munich a décidé d’ajouter un peu de muscle sous le capot avec le bien nommé 6 cylindres en ligne de 3,0 litres turbo. Il faut admettre que la magie opère chaque fois qu’un six en ligne se retrouve sous le capot d’un véhicule BMW.

Pour répondre à la concurrence

Certains diront que le X1 se sort très bien d’affaire avec son 4 cylindres de base et vous avez absolument raison. Je me posais moi-même la question si cette version était si pertinente dans un contexte où les constructeurs tentent de donner de plus grandes économies d’essence à tous leurs modèles. C’est une fois au volant que l’on comprend mieux cette décision. Je vous disais que la magie opère avec les six cylindres de BMW. Les 300 chevaux de ce moteur turbo qui offre tout autant de couples changent la personnalité du X1. Il prend du coffre de l’assurance, nous sommes dans un véhicule complètement différent du X1 28i. Notre véhicule d’essai qui était en plus équipé de la transmission xDrive et d’une longue liste d’équipement optionnelle frisait les 60 000$, un montant à première vue indécent pour un véhicule de ce format. Mais il ne faut regarder en fonction du format, mais de l’attitude au volant. Le modèle X1 35i xDrive débute à 46 900$, ce qui est beaucoup, il faut l’admettre, mais le fossé qui sépare la conduite du X1 28i et le X1 35ixDrive est énorme. Le X1 28i va bien, mais on sent le ronronnement un peu grincheux des moteurs 4 cylindres et même si la puissance est bonne, ce moteur n’a pas la souplesse du six cylindres.

L’impression de conduire plus grand

Après seulement quelques minutes au volant du X1 35i équipé de la nouvelle transmission à huit rapports, vous serez transporté dans un monde de luxe , de confort et de performances qui transcende le format du véhicule.  J’ai même oublié que j’étais au volant d’un utilitaire de poche, chose qui m’a été impossible dans la version quatre cylindres. Le moteur qui peut vous transporter à 100 km/h en 5,8 secondes est d’une très grande discrétion, aidée en cela par une boîte qui égraine les rapports de manière imperceptible. Autrement dit, ça pousse fort, mais vous n’êtes jamais bousculé, comme dans une Bentley ou une Rolls, c’est la grande classe. Bref, vous avez la certitude d’être au volant d’une grande berline, alors que vous êtes réellement au volant d’une familiale bonifiée. Un dernier mot sur la boîte automatique qui se lance rapidement à l’assaut du dernier rapport quand vous conduisez de manière conservatrice pour économiser un maximum de carburant. Ainsi lors de notre journée d’essai, nous avons pu observer qu’à 75 ou 80 km/h, nous avions atteint le 6e rapport, permettant au passage une économie que BMW place à 7,7 litres aux 100 km si vous demeurez gentil avec l’accélérateur. Profitant des autoroutes allemandes qui nous permettent de voir ce que les véhicules ont dans le ventre, nous n’avons pas suivi les conseils des ingénieurs et avons poussé la machine à fond à quelques reprises. Au moment de faire un dépassement, la boîte rétrograde de deux rapports et se lance à l’assaut du bitume comme une proie qui fond sur sa victime. Les reprises sont surprenantes et la consommation, vous vous en doutez, grimpe rapidement. Mais malgré quelques puissantes accélérations et deux passages sur des routes secondaires avec quelques villages en chemin, nous avons terminé notre journée d’essai tout juste au-dessus de la barre de 10 litres aux 100 km, ce qui est plus que correct pour une machine de 300 chevaux.

Conclusion

BMW fait la preuve avec le X1 35i xDrive que le format n’a pas réellement d’importance si le véhicule est plaisant derrière le volant. Il est seulement dommage que l’on doive allonger un aussi fort montant pour être en mesure d’en profiter. Une chose est certaine, tous les modèles qui porteront la signature de ce six cylindres turbo de 300 chevaux mériteront toute l’attention de ceux qui placent la conduite en haut de la liste des priorités.

Forces

Motorisation puissante et souple

Boîte à huit rapports géniale

Tenue de route digne d’une BMW

Faiblesses

Prix élevé

Interminable liste d’option

Le format trop petit pour certains acheteurs

Fiche technique

MOTEUR

L6 3,0 L Biturbo DACT

PUISSANCE 300 ch à 5800 tr/min

COUPLE 300 lb-pi à 1300 tr/min

BOÎTE(S) DE VITESSES automatique à 8 rapports avec mode manuel

PERFORMANCES 0-100 km/h 5,8 s 

Vitesse maximale 240 km/h  (limitée)

Consommation (l/100 km): 10,6 l

 

AUTRES COMPOSANTS

SÉCURITÉ ACTIVE  freins ABS, assistance au freinage, répartition électronique de la force de freinage, contrôle électronique de la stabilité, antipatinage

SUSPENSION avant/arrière indépendante

FREINS avant/arrière disques

DIRECTION à crémaillère, assistée   

PNEUS P225/44R18 (av.) P255/40R18 (arr.)

DIMENSIONS

EMPATTEMENT 2760 mm

LONGUEUR 4468 mm

LARGEUR (excluante retro.) 1798 mm

HAUTEUR 1545 mm

POIDS 1765 kg

DIAMÈTRE DE BRAQUAGE 11,8 m

COFFRE 420 L, 1350 L (sièges abaissés)

RÉSERVOIR DE CARBURANT 63 L

CAPACITÉ DE REMORQUAGE 2000 kg

Prix de base :46 900$

   

-30-

Benoit Charette est co-propriétaire et rédacteur en chef de l’Annuel de l’automobile 2013 et le Guide des véhicules d’occasion 2012

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires