Harper détruit le registre des armes à feu

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

C'est presque fini

Le gouvernement Harper a déjà détruit une bonne partie du registre des armes à feu.

Mais les dossiers des résidents du Québec ont été mis de côté en attendant une décision judiciaire au Québec.

La destruction est un long et compliqué processus qui a commencé le 20 mai, selon la GRC qui est en charge de la besogne.

Les policiers disent que ça prend du temps parce que les données se trouvent situées dans plus d'un endroit à la fois.

Dans bien des cas les renseignements sur les fusils sont dans des dossiers des anciens criminels. Ces renseignements doivent être retirés de ces dossiers.

Mais lorsqu'ils auront fini, disent les policiers, il ne restera plus de traces de quelques millions de carabines, de fusils de chasse et d'autres armes à long tronçon.

Et à cause de la nouvelle loi de Harper les propriétaires de ces armes à feu ne seront plus dans l'obligation d'enregistrer leurs armes à long tronçons.

La presque totalité des policiers au Canada se sont prononcés en faveur du maintien du registre qu'ils consultaient des milliers de fois par jour pour leur aider à appréhender des criminels et des malfaiteurs.

Mais Harper voulait plaire plutôt à des centaines de milliers de propriétaires de fusils qui n'aimaient pas du tout être obligés à enregistrer leurs armes avec la police.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires