Mercedes Benz GLK

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un petit tour chez le styliste

Pour 2013, la GLK qui entame sa cinquième année sur le marché s’est payé une petite cure de rajeunissement, mais sans trop changer les lignes qui ont connus de succès au Canada. Contrairement à l’Europe où le style du GLK n’a pas réellement plu, chez nous, la GLZ a terminé l’année 2011 devant la BMW X3 et l’Audi Q5.

Un peu plus ronde

Le style un peu taillé à la hache, rappelant vaguement l’allure de la rétrograde Classe G a été repensé. La face avant gagne en douceur, pour un style plus contemporain bien que toujours typiquement Mercedes. La même recette est appliqué un peu partout sur le véhicule qui perd ce petit côté mal dégrossi sans dénaturer ses origines et son allure de camion

Même constat à l’intérieur

Le dessin de planche de bord rompt avec l’ancienne mouture, en adoptant les aérateurs ronds qui l’on voit notamment dans la Classe E et S. Mercedes a ajouté un insert décoratif qui traverse l’habitacle de part en part comme la nouvelle Classe B. Seule décision un peu douteuse, celle de garder un intérieur aussi noir qui conserve le petit côté sombre du véhicule. Si l’ergonomie du nouveau tableau de bord est plus claire dans son ensemble, il existe encore une petite épine dans le pied et j’ai nommé le système Command. Ce centre nerveux de l’information se matérialise sous forme d’un écran centrale qui gère la majorité des fonctions. Les menus demandent un temps d’adaptation assez long et un certain doigté dans sa manipulation. Il faut être jeune et habitué de jouer avec des bébelles électroniques pour comprendre rapidement es procédures.

Un nouveau moteur

Il y a du nouveau sous le capot. Il faut d’abord noter que la version 2 roues motrices disparaît pour 2013, il ne reste que la version 350 4 matic. Le moteur V6 passe à l’injection directe comme la Ml et la classe E. Sa puissance passe de 268 à 302 chevaux. La GLK dispose en plus du système d’arrêt-démarrage qui contribue à maintenir sa consommation autour des 7 litres aux 100 kilomètres sur l’autoroute, selon les données de Mercedes. Dans la réalité, nous avons réussi à maintenir 7,5 à 7,8 litres aux 100 km, ce qui est très bien. La grande nouveauté qui arrivera plus tard cet automne est la version GLK 250 BLUETEC 4MATIC qui est dotée d’un 4 cylindres diesel biturbo produisant 190 chevaux et un couple de 369 livres-pieds. Un moteur qui se contente de peu de carburant, malgré l’absence ici du système Eco d’arrêt-démarrage qui est pourtant offert en Europe. La meilleure nouvelle dans tout cela c’est ce modèle Diesel qui sera la version d’entrée de gamme, donc offerte à meilleure prix que le modèle V6. Mercedes qui vend déjà 80 à 85% de toute les Classe M en version Diesel estime qu’il vendra 90% de ses GLK en version diesel. Mercedes annonce une consommation moyenne sous la barre des 8 litres aux 100 km.

Un charme à conduire

Au volant du V6,  puissance et discrétion sont les mots d’ordre. On sent que les chevaux en plus amène une plus grande assurance et une nouvelle douceur. La GLK profite aussi de la même direction à assistance électrique qui se retrouve dans les berlines du groupe. Il en résulte un comportement routier fondamentalement sain, bien que la Classe C dont il dérive, centre de gravité plus élevé oblige. Avec seulement 6,5 secondes pour accomplir un 0-100 km/h, la réserve de puissance est toujours là.

Conclusion

Nul doute que le GLK va continuer à plaire et je peux déjà vous prédire que Mercedes vont manquer de version Diesel. Ce modèle à tous les ingrédients pour faire un malheur et la concurrence le sait. Audi se prépare sans trop le dire à offrir lui aussi un Q5 diesel. Il devront se grouiller car Mercedes va prendre le marché sous son pied. La demande est très forte et le prix promet d’être intéressant. Pour ce qui est du V6, vous avez pour le 2013 une liste d’équipement plus complète, plus de puissance, une meilleure consommation et une finition de meilleure qualité pour le même prix que la génération précédente, une très bonne affaire.

Forces

Une conduite de berline de luxe

Un équipement de base plus complet

La venue d’un Turbodiesel qui va faire un malheur

Un format pratique

Faiblesses

Commande d’essuie-glaces agaçante

L’atmosphère général encore un peu sévère

Pas de système Eco pour le BLUETEC

FICHE TECHNIQUE

MOTEUR (S)

(250) L4 2,1 L biturbo diesel DACT

PUISSANCE 190 ch à 4200 tr/min

COUPLE 369 lb-pi de 1600 à 1800 tr/min

BOÎTE(S) DE VITESSES automatique à 7 rapports avec mode manuel

PERFORMANCES 0-100 km/h 8,0 s

Vitesse maximale 210 km/h (bridée)

 

(350) V6 3,5 L DACT

PUISSANCE 302 ch à 6500 tr/min

COUPLE 273 lb-pi de 3500 à 2400 tr/min

BOÎTE(S) DE VITESSES automatique à 7 rapports avec mode manuel

PERFORMANCES 0-100 km/h  6,5 s

 Vitesse maximale 210 km/h (bridée)

CONSOMMATION (100 km) 12,2 l (octane 91)

 

AUTRES COMPOSANTS

SÉCURITÉ ACTIVE  freins ABS, assistance au freinage, répartition électronique de la force de freinage, contrôle électronique de la stabilité, antipatinage

SUSPENSION avant/arrière indépendante

FREINS avant/arrière disques

DIRECTION à crémaillère, assistée

PNEUS 250 P235/50R219 option 250/série 350 P235/45R19 option 350 P235/45R20  AMG P235/45R20

DIMENSIONS

EMPATTEMENT 2755 mm

LONGUEUR 4536 mm

LARGEUR (excluant les rétroviseurs) 2016 mm

HAUTEUR 1669 mm

POIDS 250BlueTEC 1925 kg 350 4Matic 1845 kg

DIAMÈTRE DE BRAQUAGE 11,6 m

COFFRE 450 L, 1550 L (sièges abaissés)

RÉSERVOIR DE CARBURANT 250BlueTEC 59 L350 4Matic 66 L

CAPACITÉ DE REMORQUAGE 1587 kg

Prix : 44 900$

-30-

Benoit Charette est copropriétaire et rédacteur en chef de l’Annuel de l’automobile 2013 et chroniqueur à l’émission RPM tous les samedi et dimanche sur V-Télé

   

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires