Mariloup Wolfe et les Gazelles québécoises s'élancent vers le Maroc

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Du 20 au 30 mars, suivez les aventures quotidiennes de nos équipages québécois via le site web de votre journal local.

Le coup d'envoi du Rallye Aïcha des Gazelles, cette excitante compétition automobile tout-terrain 100% féminine se déroulant depuis 24 ans au Maroc, sera donné dans quelques jours. TC Media sera de l'aventure, afin de suivre les péripéties des courageuses Québécoises qui braveront le désert du Sahara, du 20 au 30 mars.

Parmi les 160 équipages, composés de 320 femmes de 24 nationalités différentes, six équipes portent les couleurs du Québec cette année, représentées par Mariloup Wolfe, porte-parole.

À titre de marraine de la délégation québécoise, Mariloup Wolfe, comédienne et réalisatrice, sera du voyage, pour la troisième fois. Ayant participé au Rallye en 2007, c'est avec bonheur qu'elle a accepté le rôle de porte-parole.

«Le Rallye Aïcha des Gazelles est le seul du genre qui soit un véritable défi sportif, rappelle Mariloup. C'est une expérience de vie formidable, dont on ressort grandi.»

L'aventure se déroule en plein désert, hors piste et hors route. Munies uniquement d’une boussole et d’une carte géographique, sans GPS ni téléphone, les participantes doivent planifier leur propre itinéraire pour relier les bornes d'un parcours, en faisant le moins de kilométrage possible.

S'isoler pour mieux grandir

Il s'agit d'un défi sportif, aussi exigeant sur le plan physique que mental. «C'est difficile sur le corps, c'est certain», raconte Mariloup. «On se lève tôt, les journées sont longues, on peut se faire prendre par la noirceur avant d'être revenu au camp; mais c'est dans la difficulté qu'on grandit! Chacune des filles aura un défi personnel à relever. Pour ma part, ça m'a permis d'évoluer dans mon rapport à la hiérarchie. » Confrontant, vivre une aventure en équipe de deux pendant plusieurs jours? «Certainement! Il faut se mettre en danger pour évoluer!»

«Il y aura aussi des moments où ça deviendra difficile d'être coupées du monde, de recevoir des nouvelles de nos proches sans pouvoir leur répondre... C'est là que je serai présente pour épauler les Gazelles! Je pense que toutes les femmes ont besoin de faire ce type de choses pour réaliser qu'elles peuvent quitter leur famille et en sortir grandies.»

Un conseil pour les participantes? «Il ne faut pas viser seulement à gagner la compétition», dit Mariloup. «Je pense que c'est bien de se déterminer un but personnel pour être heureuse dans l'aventure, et surtout ne pas le perdre de vue. C'est l'expérience de vie qui comptera le plus, au final.»

En plus de représenter les participantes québécoises auprès des médias et de les supporter durant l'aventure, Mariloup s'est donné un autre but personnel en suivant le Rallye des Gazelles. «Le désert est un lieu très inspirant, très visuel. Depuis ma participation en 2007, j'ai le projet de réaliser un film de fiction qui s'y déroulera. En y retournant, je poursuis ma recherche!»

Les participantes

Provenant des quatre coins du Québec, douze femmes intrépides relèveront le défi, supportées par de nombreux partenaires et commanditaires de leurs régions. Parmi elles, Nancy Bordeleau et Martine Coutu sont de la région de Trois-Rivières. Marilou Perron, également de Trois-Rivières, fait équipe avec nulle autre que Myriam Côté, comédienne de la série Unité 9. Myriam habite à Montréal tout en étant originaire de Prévost dans les Laurentides. Audrey Chapdelaine et Geneviève Moquin sont de Drummondville, tout comme Claudia Biron, coéquipière de Nathalie Leblanc, de Saint-Barnabé Sud. Danielle Ares et Guylaine Landry vont représenter Saint-Jean-sur-Richelieu tandis qu'Isabelle Rivoal et Christelle Maître résident à Ste-Pétronille de l'Ile d'Orléans et à Lévis.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires