Chanter Elvis à sa façon

Diane
Diane Hameury
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Tony Gattillo (à droite) est très heureux de pouvoir compter sur l’aide de Joe Esposito, le meilleur ami d’Elvis.

C’est sans costume ni foulard, propres aux personnificateurs d’Elvis, que Tony Gattillo foulera la scène de la Salle André-Mathieu, le 19 septembre.

L’artiste originaire de Laval, maintenant résident de Québec, ne donne pas dans l’imitation et les artifices, laissant de côté le personnage (mis à part un déhanchement ou deux, mythe oblige) pour laisser toute la place à sa voix dans l’interprétation des plus grands succès du King. «J’ai carrément le même timbre de voix et le trémolo d’Elvis, sans même me forcer», dit-il.

Son des années 1970

Dans My Way, le public pourra se rassasier des airs populaires de Presley, comme Heartbreak Hotel, Hound Dog, Suspicious Minds, la ballade The Wonder of You, en ouverture, et la chanson-titre du spectacle en clôture des deux heures passées sur les planches à faire revivre la légende.

«Nous avons recréé le son d’Elvis des années 1970, comme dans ses shows à Las Vegas et la mise en scène est faite par Joël Legendre», explique le chanteur, qui qualifie d’incroyable l’engouement que les gens ont encore pour Elvis.

Outre son escale lavalloise, Tony Gattillo transportera son hommage au King dans quelques villes du Québec, dont Granby et Drummondville, et en Floride en mars 2013, quatre prestations en sol américain qui affichent déjà complets.

La mort d’Elvis: le début

Tony Gattillo est devenu un inconditionnel d’Elvis le jour de la mort du King: le 16 août 1977. Pour le garçon de 11 ans, les jours qui suivront nourriront son admiration naissante pour la musique et l’homme que plusieurs considèrent comme l’icône musicale du 20e siècle.

Il emprunte les faits et gestes d’Elvis et se lance dans les concours d’imitation. Ses victoires le conduiront jusqu'à Memphis, la ville d’adoption du chanteur sudiste. Après une trêve de plusieurs années, il renoue avec la scène dans les années 1990 avec le concert Tony Live. En 2009, à Las Vegas, il fait la rencontre de Joe Esposito, meilleur ami d’Elvis. Fasciné par la voix du Québécois, l’ancien membre de la Memphis Mafia sort de la retraite pour lui donner un coup de main.

«Ça m’a fait chaud au cœur. Joe Esposito m’apporte de la crédibilité et de l’expérience. Il me donne les mêmes trucs et les mêmes conseils qu’il donnait à Elvis. C’est spécial», confie celui qui travaille dans le domaine des simulateurs de golf.

Dans le futur, Tony Gattillo aimerait bien monter sur des scènes un peu partout dans le monde, notamment en Europe, en Australie et au Japon. «Je veux faire les endroits où Elvis n’a jamais pu aller», termine-t-il.

Tony Gattillo présente le spectacle «My Way» le mercredi 19 septembre, à 20h, à la Salle André-Mathieu, 475, boulevard de l’Avenir. Information: 450 667-2040 ou salleandremathieu.com

À lire également:

Le King est toujours aussi populaire

Organisations: My Way

Lieux géographiques: Québec, Las Vegas, Laval Presley Drummondville Floride Memphis Europe Australie Japon Boulevard de l’Avenir

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires