Élections provinciales: demandes pour les retraités, les aînés et la petite enfance

Diane
Diane Hameury
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Trois groupes ont fait entendre leur voix durant la campagne électorale par le biais de demandes aux candidats lavallois qui sollicitent le vote des électeurs.

Sur le territoire, huit préoccupations touchant les citoyens de 50 ans et plus, ce qui représente près de 145 500 personnes, ont été soulevées par FADOQ Région Laval.

L’organisme s’attarde sur la sécurité financière, l’abolition de la taxe santé ou l’instauration d’une taxe proportionnelle au revenu, une taxe foncière pour les personnes âgées propriétaires riverains qui subissent des hausses fulgurantes, un rehaussement du seuil d’amissibilité à l’aide juridique, la lutte contre l’abus et la violence envers les aînés, des initiatives proactives pour une retraite progressive, la santé et un plus grand appui aux revendications fédérales notamment pour la protection des régimes de pension.

Le regroupement a fait parvenir ses demandes, sous la forme de 24 questions, au PQ, à la CAQ et au PLQ, espérant un retour de leur part en fin de semaine dernière. «Nous n’avons pas eu de réponse. Nos demandes ont été transmises à la personne qui s’occupe de répondre aux médias», rapporte Andrée Vallée, directrice générale de FADOQ Région Laval, qui a bon espoir de voir les dossiers avancer.

Le 20 août, le Réseau FADOQ a mis en ligne une pétition réclamant l’abolition de la taxe santé et un financement sain et équitable du service de santé grâce à une imposition proportionnelle au revenu des individus et des entreprises.

Pour plus d’information: www.fadoq.ca.

Les retraités

Pour sa part, l’Association québécoise des retraités des secteurs publics et parapublic de Laval a soumis trois demandes aux candidats: corriger immédiatement la désindexation des années 1982-1999 dans les régimes de retraite afin de l’ajuster à la situation des années 2000 et suivantes, créer 180 nouvelles places en CHSLD dans la région au cours du prochain mandat (cinq ans) et accélérer l’ajout de lits en soins palliatifs.

«Ces demandes sont raisonnables et représentatives des besoins prioritaires des retraités de la région», fait remarquer la présidente régionale, Nicole Hébert, par voie de communiqué.

Les demandes provinciales se retrouvent sur le site Internet à l’adresse aqrp.qc.ca.

Centres de la petite enfance

Du côté de l’Association québécoise des CPE, une seule demande a été présentée à ceux qui briguent les suffrages: celle de freiner l’implantation «excessive» des garderies commerciales sur le territoire, où le nombre de places excèdent celles des CPE, fait valoir Louis Senécal, directeur général.

«À Laval, ça pousse comme des champignons et il y a eu un développement sauvage, sans aucune planification. C’est un enjeu majeur pour nous», dit-il, soulignant l’importance d’un moratoire dans ce dossier.

Ce dernier donne en exemple l’ouverture de garderies commerciales dans des endroits qui ne répondent pas aux besoins des parents, notamment en matière d’accessibilité par le transport en commun.

«Le gouvernement a facilité l’accès au crédit d’impôt et du même coup l’accès aux garderies commerciales», dit-il, ajoutant qu’il ne blâmait pas les parents de choisir ces installations.

Le directeur souligne également que depuis l’arrivée au pouvoir des libéraux de Jean Charest, en 2002, le nombre de places en garderies non-subventionnés au Québec a augmenté de 1600 % et de 60 % en garderies privées subventionnées.

Pour consulter les plates-formes des partis en matière de la petite enfance, consultez le www.aqcpe.com.

Organisations: PLQ, Réseau FADOQ, Association québécoise des retraités des secteurs publics Association québécoise des CPE

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires