Laval: 25 ans d’amitié par-delà l’Atlantique

John Fasciano
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

«Je suis très fier de voir ce qu'est devenue ma ville», a résumé le premier maire de Laval, une ville de près de 400 000 habitants. «C'est une ville très bien administrée avec de très bons services municipaux», a ajouté celui qui était maire de la municipalité lors de la signature du premier protocole de jumelage entre Laval et Laval en Mayenne (France) en 1984.

Les maires? Jacques Tétrault, un homme de vision qui, malgré un air plus frêle aujourd'hui, montre toujours des signes de cette force qui l'a aidé à réussir dans la vie publique comme maire et à titre de membre du gouvernement Mulroney; Claude U. Lefebvre, un citoyen vibrant et énergique, selon ses propres mots, qui aime autant sa ville qu'à ses jours comme premier magistrat.

Les deux hommes avaient été invités à une cérémonie à l'hôtel de ville, le 26 août dernier, durant laquelle les maires et une délégation de la Ville de Laval et Laval en Mayenne ont renouvelé le protocole de jumelage qui lie les deux villes depuis 25 ans à travers différents projets.

Le maire Gilles Vaillancourt a parlé des effets positifs qu'une telle entente peut avoir sur les gens et lorsqu'on lui a demandé quel message il aurait pour les jeunes de Mayenne, il a répondu qu'ils devraient poursuivre leurs rêves, s'impliquer dans leurs études, le travail, leur voisinage, leur communauté et leur ville, et «nous visiter, ici, à Laval, au Québec, ou vous serez accueillis à bras ouverts.»

Guillaume Garot, le maire de Laval en Mayenne, abondait dans le même sens. «Venez nous voir», a-t-il lancé aux jeunes Lavallois. «Si vous apprenez à nous connaître, vous ne voudrez plus nous quitter. Amenez votre famille et vos amis. Nous sommes très accueillants et toujours prêts à aider», suggérant ainsi que les Lavallois se sentiraient comme à la maison.

De bon augure pour l'avenir

Vingt-cinq ans de coopération entre les deux villes séparées par un océan – physiquement et symboliquement – est un événement à souligner et, sans aucun doute, cet anniversaire d'amitié, d'échange et de partage est de bon augure pour les années à venir.

«Vous êtes nos cousins Français. Vous avez développé une belle société. Vous avez aidé à préserver la langue française, parlée par des millions à travers le monde», a mentionné M. Garot.

Enthousiaste, le maire a lancé un défi pour les 25 prochaines années et plus encore: «La relation entre nos deux villes est riche en promesses et à travers des actions concrètes, nous pouvons forger de nouvelles avenues en matière d'économie et en stratégie de développement pour des projets socio-culturel-commercial-industriel», a confié M. Garot, ajoutant que lui et sa délégation avaient beaucoup appris de leur visite et des échanges. «Votre Maison des arts, vos comptoirs multiservices, les retombées d'organisations comme Laval Technopole et la mise en place du programme municipal sont des exemples que nous pouvons appliquer dans notre propre administration et pour ceci, nous vous en sommes reconnaissants», a-t-il fait remarquer.

Dans une entrevue avec le Courrier Laval, M. Garot a expliqué que la globalisation pourrait être bénéfique entre les deux villes en donnant des occasions aux jeunes de se rendre visite, d'apprendre et peut-être de s'établir dans un nouveau pays, une vision que partage le maire Vaillancourt. Ce dernier a souligné que sa ville accueillerait les nouvelles initiatives pour promouvoir et faire fructifier les contacts et la communication entre les deux municipalités, tout spécialement pour les jeunes.

Les bénéfices

Depuis 1984, plusieurs centaines de jeunes de Laval au Québec et Laval en France ont traversé l'océan afin d'habiter temporairement avec des familles à qui ils ont ouvert leurs portes à leur retour à la maison.

Le renouvellement du protocole de jumelage contient maintenant de nouveaux avantages, notamment pour du développement économique (partenariat en entrepreneuriat) et pour un meilleur rayonnement culturel.

Les Lavallois vont bénéficier de projets pour tous les âges, petits et grands. «Nous établirons des ponts pour les organismes et associations travaillant dans le milieu social, l'intégration et dans la prévention de la discrimination», ont témoigné les représentants des deux villes.

Organisations: Ville de Laval, Courrier Laval

Lieux géographiques: Laval, Atlantique, Mayenne Québec France

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Antoine Le Toux
    26 mai 2010 - 09:11

    Tout ceci n'est que du discours. Si ce n'en n'est pas il faut alors prendre en compte les démarche privé économiques qui ont par exemple données naissance à Acro Canada www.acrocanada.ca . Cette entreprise est la résultante d'une démarche Franco Québécoise avec comme point de départ Laval (Mayenne). Aujourd'hui Acro Canada est une entreprise créatrice d'emploi et en devenir. le problème majeur étant que le créateur et impulseur que je suis, n'a jamais pu trouver de soutien pour bénéficier d'un statut Ad Hoc. Le statut qui m'est réservé (socialement, fiscalement...) est tel que j'en suis à me poser des questions sur la pertinence de mon engagement depuis huit ans. Les politiques se doivent de lier les mots aux actes...et de soutenir les démarches économiques.A l'heure qu'il est aucune aide, aucun soutien de part et d'autre...je ne vois que photos protocolaires et banderoles bleu blanc rouge.A Montréal fin septembre. Merci