Les Denis Drolet donnent leur fête en cadeau

Richard
Richard Pascone
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Phare Enfants et Familles

Les Denis Drolet, Vincent Léonard et Sébastien Dubé, ont décidé de donner leur fête en cadeau et de s'impliquer en tant que porte-parole pour la campagne « Ma fête en cadeau » du Phare Enfants et Familles.

Les Denis Drolet, Sébastien Dubé, à gauche et Vincent Léonard, à droite.

Le Phare Enfants et Familles contribue au bien-être des enfants dont la vie est menacée par une maladie nécessitant des soins complexes. Il apporte répit et soutien à leurs familles. « Cet organisme libère les parents de beaucoup de tâches parce que ça devient vraiment dur d'être un aidant naturel. Même si c'est ton enfant, c'est difficile de donner de bons soins si toi-même ça ne fonctionne plus, » explique Vincent.

La Maison André-Gratton, gérée par l’organisme depuis 2007, offre une autre avenue entre le domicile et l’hôpital en prodiguant des soins médicaux de fin de vie et en accompagnant l’enfant et les membres de sa famille. « C'est la seule maison au Québec de ce genre là. C'est loin d'être comme un hôpital, c'est chaleureux, le personnel est incroyable et ils ont même une piscine, tout est adapté, » poursuit Vincent.

Les Denis Drolet se sont associé au Phare Enfants et Familles il y a 5 ans. Depuis, ils profitent de chacune de leurs sorties en tant que Sébastien Dubé et Vincent Léonard pour amasser des fonds, comme lors de leurs participations aux jeux télévisés. « Ils nous ont demandé de faire un spectacle et on est sorti de là assez bouleversés. Tu es dans la cuisine avec des enfants intubés, même pas conscients et toi tu chantes Just-to-Buy-my-love. Tu fais O.K., nous autres on est juste des clowns finalement ! »

« Nous sommes deux jeunes pères et ça nous a brassé la cage. On est chanceux, nos enfants sont en santé et nous, on fait ce qu'on aime dans la vie. On s'est dit que si ça pouvait aider, ce serait un beau partage. Ça nous permet de concrétiser notre métier dans quelque chose d'autre que de faire juste des folies, ajoute Sébastien. La campagne «Ma fête en cadeau», c'est vraiment une bonne idée. Les gens peuvent "plugger" leur fête sur les réseaux sociaux et inviter leurs amis à faire un don au Phare pour les enfants malades comme cadeau. »

Nomination à l'ADISQ

Le nouveau spectacle des Denis Drolet, « Comme du monde », est en nomination dans la catégorie « Spectacle de l’année – Humour », au prochain gala de l’ADISQ. Un nouveau spectacle, mais aussi des Denis Drolet renouvelés, amincis et plus matures, promettent-ils.

« On a pris du recul, parce que le deuxième spectacle a été plus difficile, explique Sébastien. Le premier a gagné au gala de l'ADISQ. On était assez jeunot et le deuxième est arrivé trop rapidement. Il manquait peut-être un peu de recul. On a appris beaucoup et on a pris trois ans pour écrire le nouveau spectacle. »

« On est revenu à la source, c'est un spectacle plus mature. Les gens ont appris à connaitre les Denis Drolet depuis 12 ans et les fans s'attendent à les voir, mais en même temps, les personnages sont plus approfondis, plus développés. Il y a un côté absurde où les gens se reconnaissent eux-mêmes, mais de la façon que c'est traité, c'est complément disjoncté, » dit Vincent. « Au début, on ne mettait pas de trame de fond, pas de sous texte. On voulait créer un effet de n'importe quoi. Il ne fallait pas perdre nos fans de la première heure non plus et ils sont rassurés après deux minutes de spectacle, » assure Sébastien.

Pourquoi les Denis ?

Une question toute simple qui génère une réponse à l'image du duo : indissociable et surprenant. « C'est un peu de nous les Denis, mais à puissance 1000. On s'est rencontré en 2e année au primaire. Moi je viens de Prévost, Sébastien de Bellefeuille. On a toujours été amis. Un moment donné, un de nos amis en improvisation faisait des spectacles de magie et il nous a dit qu'il nous trouvait drôles ensemble. Il nous a demandé d'écrire quelque chose pour faire sa première partie de spectacle. On faisait un peu de théâtre amateur, on avait de vieux costumes, des chansons humoristiques, des textes absurdes. On a combiné ça et on s'est demandé comment on pouvait s'appeler. On a pris chacun un roman et on a trouvé Denis dans le premier et Drolet dans le deuxième, » répond Vincent.

« On savait qu'on voulait avoir un duo avec le même nom. C'est un bel adon, un peu comme nos costumes bruns qu'on a trouvés dans un sous-sol d'église. Ce n'était pas calculé et c'est devenu notre marque de commerce, » ajoute Sébastien.

Pour donner votre fête au Phare Enfants et Familles à votre tour, visitez le www.phare-lighthouse.com.

Organisations: ADISQ Le, Maison André-Gratton

Lieux géographiques: Phare Enfants, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires