Dépister les problèmes pulmonaires

Geneviève
Geneviève Fortin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Au total, 23 personnes ont présenté des résultats anormaux.

Dans le cadre de la journée mondiale de la spirométrie, qui se tenait récemment, des kiosques d’information ont permis à 178 personnes de tester leur fonction pulmonaire. Celles dont les résultats indiquaient une certaine réduction du débit d’air étaient encouragées à consulter leur médecin de famille.

Marlène Gosselin, chef de service de physiologie respiratoire du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Laval souligne qu’un problème d’asthme non traité peut évoluer en bronchite, en bronchite chronique, puis en emphysème.

Canicule

Mme Charlebois note qu’il est important que les personnes souffrant d’asthme contrôlent bien leur environnement afin d’éviter les facteurs irritants comme les allergènes ou les épisodes de canicule.

Ces épisodes de chaleur accablante et de smog sont particulièrement sensibles pour les personnes souffrant de problèmes respiratoires. Il leur est fortement recommandé de chercher des endroits climatisés.

Mme Gosselin explique que le système respiratoire a différents moyens pour bloquer les particules et les poussières qui se trouvent dans l’air, cependant chez les personnes ayant une maladie chronique, le système travaille trop et se trouve épuisé devant un nouvel agresseur.

En 2007, 31 156 Lavallois ont indiqué souffrir d’une maladie pulmonaire. Direction de la santé publique de Laval

Avec la sensibilisation faite régulièrement auprès de cette clientèle, les patients connaissent les conseils de prévention et les appliquent selon Marlène Gosselin et Lucie Charlebois, coordonnatrice du programme respiratoire, qui ne constatent pas d’augmentation de consultation à l’urgence en période caniculaire. En cas de malaise, les gens ont accès à des personnes ressources, note Mme Charlebois.

«Il y a plus de problèmes l’hiver à cause de la grippe, rapporte Mme Gosselin. Les gens ont moins de contrôle par rapport au virus.»

Prévention

La journée de la spirométrie a également été l’occasion de rappeler que la sédentarité, le tabagisme et une mauvaise hygiène de vie sont des facteurs de risque pouvant entraîner une maladie pulmonaire. Marlène Gosselin insiste sur les effets positifs de l’activité physique sur la santé pulmonaire, même chez les personnes faisant de l’asthme.

Organisations: CSSS

Lieux géographiques: Laval

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires