La fin des Kebs à Laval

Sylvain
Sylvain Lamarre
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La Ligue reprend les guides de l'équipe

Les Kebs de Laval n'auront fait que passer. La formation de la Ligue nationale de basketball du Canada (NBLC) n'existe plus.

Les Kebs n'auront pas disputé une seule partie en territoire lavallois. L'équipe déménagera ses pénates à Montréal et aura de nouveaux propriétaires. Bref, ils ont été repris en main par la NBLC en raison des difficultés financières qu'éprouvait l'organisation.

«Les Kebs, qui avaient terminé au troisième rang, doivent prendre une direction différente afin d’assurer une stabilité à long terme pour la Ligue», a mentionné le président de la NBLC, Andre Levingston, par voie de communiqué, le 26 octobre.

Les Bernier tassés

La Ligue a décidé de retirer les droits de concession au propriétaire Conrad Bernier et son fils Vincent. Cette décision a été prise à la suite d'un vote des autres propriétaires des formations du circuit, le 25 octobre, en conférence téléphonique.

Les Bernier entendent contester. «Nous avons des avocats sur le dossier», a soutenu Vincent Bernier directeur général des Kebs qui n'a pas voulu en dire davantage.

La nouvelle équipe se nommera le Jazz de Montréal. Elle fera ses débuts au cours des prochains jours au Centre Pierre-Charbonneau.

Manque d'argent

À la mi-octobre, Vincent Bernier avait demandé à la Ligue de les soutenir financièrement pour les deux prochains mois.

«Nous aurons un soutien jusqu'au mois de décembre», affirmait-il dans une entrevue accordée au Courrier Laval le 23 octobre dernier.

Ce dernier aurait aimé que les entreprises locales et la Ville de Laval embarquent plus rapidement dans le projet. Les frais d'exploitation d'une équipe de la NBLC est de 600 000 $.

«Beaucoup nous disent qu’ils vont nous regarder faire nos preuves avant de nous supporter. Malheureusement, ce n'est pas comme cela que ça fonctionne. S’ils veulent une équipe professionnelle qui attire des retombés et de la visibilité, c’est maintenant qu’il faut embarquer», avait-il souligné.

Dans les mains de Jobin

M. Bernier indiquait que pour les deux prochains mois, il ne s’occuperait que de finance. «Je laisse au directeur des opérations basketball, Pascal Jobin, le soin de s’occuper de ce qui se déroulera sur le terrain. Je prévois rencontrer la Ville de Laval.»

Rappelons que l'équipe est déménagée de Québec à Laval au cours de l’été dernier. Le camp d'entraînement devait débuter le 15 octobre, mais il avait été repoussé. Une douzaine de joueurs, dont le Français Xavier Delarue, s'entraînent depuis quelques jours sous les ordres de Pascal Jobin, premier entraîneur-chef des Kebs, qui agit comme directeur général.

Organisations: Ligue nationale, Bernier, Kebs de Laval Ville de Laval Centre Pierre-Charbonneau

Lieux géographiques: Canada, Montréal, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires