Amandine Pierre-Louis s’est fait un nom

Sylvain
Sylvain Lamarre
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Membre de l’équipe nationale féminine de soccer U-17

Amandine Pierre-Louis a connu de bons moments sur la scène internationale du soccer féminin.

Amandine Pierre-Louis a écrit une page d’histoire en marquant le premier but du Canada à la Coupe du monde féminine U-17 de soccer de la FIFA 2012 tenue en Azerbaïdjan, du 23 septembre au 13 octobre.

L’attaquante a semé la panique dans la défense adverse, dès le premier match, en obtenant plusieurs chances de marquer. Celle qui portait le dossard numéro 9 a fait bouger les cordages face au Nigéria, donnant une priorité d’un but aux Canadiennes. Le Canada s’est contenté d’un verdict nul de 1 à 1 en lever de rideau.

«Ce fut le plus beau jour de ma jeune carrière. J’aurais pu avoir le but gagnant. Je suis très contente d’avoir vécu cette expérience internationale avec les meilleures au monde. C’était comme un rêve qui se réalisait», a mentionné Amandine Pierre-Louis au Courrier Laval.

«Les Nigériennes sont agressives et très douées techniquement, mais nous avons répondu présentes. Malgré le stress, nous avons eu des occasions de compter. D’ailleurs, nous avons pris les devants. Nos rivales ont eu de meilleures chances. Elles ont touché plusieurs fois les poteaux et notre gardienne a réalisé de beaux arrêts», a-t-elle analysé.

Lors du tournoi à la ronde, le Canada a vaincu l’Azerbaïdjan et la Colombie par des pointages identiques de 1 à 0. Les filles ont pris le deuxième rang du Groupe A, leur permettant d’accéder à la ronde quart de finale.

Amandine a été utilisée comme partante lors des deux premières joutes. Elle a vu 25 minutes d’action contre la Colombie.

«J’étais fière de ma performance individuelle et je savais que j’aurais du temps de jeu de qualité. Le 11 partant changeait à chaque partie. C’était une stratégie de nos entraîneurs. On m’utilisait surtout pour ma vitesse», a-t-elle avoué candidement.

Éliminé en quart de finale

Le parcours du Canada à la Coupe du monde a pris fin le 4 octobre, à la suite d'une défaite de 2-1 aux mains de la Corée du Nord dans un match de quart de finale.

«Nous aurions dû mériter un meilleur sort», a raconté l’ancienne étudiante au programme sport-études de l’école secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry.

«Ce fut le plus beau jour de ma jeune carrière. J’aurais pu avoir le but gagnant. » Amandine Pierre-Louis

Transportées par la foule

L’athlète de Sainte-Rose estime que les joueuses ont été transportées par la foule et l’ambiance chaleureuse qui régnaient lors des matchs, surtout contre le pays hôte l'Azerbaïdjan.

«C’était incroyable comme ambiance. Il y avait une foule énorme. On devait crier pour communiquer tellement il y avait du bruit dans le stade», a confié l’ancienne joueuse U-17 du Club de Saint-Léonard.

Du bronze inspirant

Amandine n’a pas caché que la médaille de bronze de la sélection olympique aux récents Jeux de Londres fut une source de motivation pour la formation nationale U-17 durant ce tournoi.

Ce séjour au carrefour de l'Europe et de l'Asie constitue les moments les plus réjouissants de sa jeune carrière. «J’ai rêvé longtemps de représenter mon pays. Je me souviens quand j’ai été appelée par le sélectionneur Bryan Rosenfeld en août 2011.»

Le Canada avait mérité son billet pour la Coupe du monde, en mai dernier, grâce à une victoire de 1-0 contre le Mexique au championnat féminin U-17 de la CONCACAF, au Guatemala.

Par ailleurs, Amandine n’a pas caché que le vaste territoire canadien et le fait que les différentes provinces n’ont pas le même programme d’entraînement nuisent aux performances du pays unifolié sur la scène provinciale. «Dans les autres pays, les filles jouent toujours ensemble. Elles se connaissent. Au Canada, les filles se rencontraient peu.»

Comètes de Laval

Amandine, qui a disputé trois parties avec la formation des Comètes de Laval de la W-League en 2012, n’a pas caché qu’elle se présenterait au prochain camp d’entraînement avec la ferme intention de percer l’alignement de la troupe de Lyonel Joseph.

«C’est ce niveau de jeu que je recherche. J’aimerais faire partie de l’équipe nationale des moins de 20 ans et je veux aussi représenter le Québec aux Jeux du Canada à l’été 2013 à Sherbrooke», a-t-elle conclu.

Organisations: FIFA, école secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry, Club de Saint-Léonard Comètes de Laval de la W-League Jeux du Canada

Lieux géographiques: Canada, Azerbaïdjan, Colombie Nigéria Corée du Nord Carrefour de l'Europe Asie Mexique Guatemala Québec Sherbrooke

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires