Des élèves du Mont-de-La Salle dans l'eau chaude

Ils auraient piqué 120 étudiants avec des aiguilles à coudre

Diane Hameury diane.hameury@tc.tc Publié le 1 mars 2013

Quatre élèves de l'école secondaire Mont-de-La Salle auraient piqué 120 de leurs collègues avec des aiguilles à coudre en début de semaine.

Mercredi, les policiers ont reçu un appel d'un parent, dont l'enfant aurait été une des victimes du quatuor. En soirée, ils ont se sont rendus à son domicile pour entendre sa version des faits. Le lendemain, une dizaine d'agents se présentaient à l'école du boulevard des Prairies, afin de prendre la déposition de la centaine d'étudiants.

«Un rapport d'agression armée a été ouvert, rapporte Nathalie Lorrain, des Affaires publiques de la police de Laval. Il semble que le choix des élèves piqués ait été fait de façon aléatoire. Les quatre étudiants ont été identifiés et leurs parents sont au courant [de l'incident].»

Tests

Informée de la situation, la Commission scolaire de Laval a demandé la collaboration du Centre de santé et des services sociaux, qui a rencontré les élèves piqués pour des tests.

«Nous avons appliqué le protocole pour s'assurer qu'il n'y avait pas d'infection, souligne Jean-Pierre Archambault, directeur des communications pour la CSDL. Selon les informations que nous détenons, les risques étaient très minimes. C'est une petite blague qui pourrait avoir des conséquences très importantes.»

Une enquête interne est actuellement en cours à l'école, ajoute M. Archambault, et celle de la police suit également son cours. «Les quatre étudiants auraient été suspendus. Un rapport d'agression armée a été ouvert et on attend les résultats des tests faits par le CSSS. Il faudra voir si des accusations pourront être portées», conclut Nathalie Lorrain.

 

Des élèves du Mont-de-La Salle dans l'eau chaude

Ils auraient piqué 120 étudiants avec des aiguilles à coudre

Diane Hameury diane.hameury@tc.tc Publié le 1 mars 2013

Quatre élèves de l'école secondaire Mont-de-La Salle auraient piqué 120 de leurs collègues avec des aiguilles à coudre en début de semaine.

Mercredi, les policiers ont reçu un appel d'un parent, dont l'enfant aurait été une des victimes du quatuor. En soirée, ils ont se sont rendus à son domicile pour entendre sa version des faits. Le lendemain, une dizaine d'agents se présentaient à l'école du boulevard des Prairies, afin de prendre la déposition de la centaine d'étudiants.

«Un rapport d'agression armée a été ouvert, rapporte Nathalie Lorrain, des Affaires publiques de la police de Laval. Il semble que le choix des élèves piqués ait été fait de façon aléatoire. Les quatre étudiants ont été identifiés et leurs parents sont au courant [de l'incident].»

Tests

Informée de la situation, la Commission scolaire de Laval a demandé la collaboration du Centre de santé et des services sociaux, qui a rencontré les élèves piqués pour des tests.

«Nous avons appliqué le protocole pour s'assurer qu'il n'y avait pas d'infection, souligne Jean-Pierre Archambault, directeur des communications pour la CSDL. Selon les informations que nous détenons, les risques étaient très minimes. C'est une petite blague qui pourrait avoir des conséquences très importantes.»

Une enquête interne est actuellement en cours à l'école, ajoute M. Archambault, et celle de la police suit également son cours. «Les quatre étudiants auraient été suspendus. Un rapport d'agression armée a été ouvert et on attend les résultats des tests faits par le CSSS. Il faudra voir si des accusations pourront être portées», conclut Nathalie Lorrain.

 

0 Comment(s)

Sign in or Create a profile to write a comment