Toutes les ressources communautaires au bout de la ligne 211

Dans l’ordre habituel, Raynald Adams, membre du comité exécutif, le maire Marc Demers, Pierrette Gagné, directrice générale du Centre de référence du Grand Montréal, et Mathieu Chaurette, directeur 211 et technologies au Centre de référence du Grand Montréal.

DÉPLOIEMENT. Désormais, les Lavallois ont accès 365 jours par année à la ligne téléphonique 211.

Publicité

Cet outil d’information et de références sociocommunautaires, qui se déploie également sur la toile via le site 211laval.ca, guide les citoyens à la recherche de ressources et d’entraide, notamment les clientèles les plus vulnérables.

Y sont répertoriés plus de 300 organismes lavallois œuvrant dans des domaines aussi diversifiés que l’alimentation, le soutien psychosocial, l’itinérance, l’emploi et le revenu et la défense des droits. Le service oriente aussi les usagers vers les organismes publics.

Entente de 5 ans

«En plus de contribuer à l’épanouissement social des familles et des communautés, le 211 Laval nous permettra de consolider notre réseau communautaire en assurant une promotion continue des ressources offertes tant sur notre territoire qu’au-delà des limites de la ville», a déclaré le maire Marc Demers lors d'un point de presse, le 21 octobre.

Première ville de la grande région métropolitaine à se doter d’un tel outil, Laval servira de modèle aux autres municipalités, a pour sa part indiqué Pierrette Gagné, directrice générale du Centre de Référence du Grand Montréal (CRGM).

Cet organisme s'est vu confier l'implantation et l'exploitation de la ligne téléphonique et du site Web pour la durée de l’entente de cinq ans.

La Ville, qui investit plus de 300 000 $ dans l'aventure, et son partenaire ont convenu de mettre en place deux comités. L'un verra à assurer le suivi de l’entente; l'autre établira un cadre d’évaluation et colligera les statistiques d’utilisation afin de mesurer l’impact de la mise en service du 211 à Laval.

Publicité

À lire aussi