Neuf écoles ajoutent un volet défibrillation à la formation en RCR

Sylvain Lamarre sylvain.lamarre@tc.tc
Publié le 6 octobre 2016

Les élèves du secondaire auront une formation avec le volet défibrillation externe automatisée (DEA).

©Gracieuseté

SANTÉ. Les élèves et enseignants de neuf écoles secondaires des commissions scolaires de Laval (CSDL) et Sir-Wilfrid-Laurier peuvent désormais ajouter un outil à leur coffre de compétences en sauvetage, avec le volet défibrillation externe automatisée (DEA), qui s'ajoute à leur formation en réanimation cardiorespiratoire (RCR).

Sanofi Canada a célébré la Journée Mondiale du Cœur, le 29 septembre, en investissant dans la jeunesse lavalloise. Grâce à la Fondation des soins avancés en urgence coronarienne (ACT) et Sanofi Canada, la CSDL a reçu 18 800 $ pour former ses élèves aux techniques de RCR et de défibrillation chaque année.

Plus de 2500 élèves de l’École d’éducation internationale de Laval, du Centre de qualification professionnelle et d’entrepreneuriat de Laval ainsi que des écoles secondaires Curé-Antoine-Labelle, Georges-Vanier, Horizon Jeunesse, Leblanc, Mont-de-La Salle, Saint-Maxime et Laval Senior Academy se verront décerner leur diplôme du secondaire assorti de compétences et connaissances. Ils seront aptes à se servir d'un appareil DEA.

Les enseignants formés dispenseront les cours de secourisme à leurs élèves.

«L'apprentissage de la RCR et du DEA va offrir aux jeunes le pouvoir de sauver des vies», a affirmé Carole Nadeau, gestionnaire de projet de la Fondation ACT.

«Sachant que 8 arrêts cardiaques sur 10 surviennent à la maison ou dans des endroits publics, il est primordial d’équiper les jeunes avec la formation en RCR dans le cadre de leur cheminement scolaire au secondaire», ajoute-t-elle.

Selon la Fondation des maladies du cœur, le taux de survie d’une victime d’arrêt cardiaque peut atteindre 75 % si la RCR est effectuée immédiatement et associée à une défibrillation précoce.

Valeur ajoutée

Pour la présidente de la CSDL, Louise Lortie, le déploiement massif de ce programme dans les écoles secondaires représente non seulement une valeur ajoutée pour les élèves, mais aussi pour l’ensemble de la collectivité.

«Une formation en RCR et en défibrillation ainsi que l’accès à du matériel médical permettront donc assurément de sauver des vies tout en contribuant au bien-être de notre collectivité», a-t-elle soutenu dans un communiqué.