La vague de départs se poursuit à l'Hôtel de Ville

Stéphane St-Amour stephane.st-amour@tc.tc
Publié le 2 novembre 2016

Directeur du Service de l'urbanisme, Sylvain Dubois quittera ses fonctions le 31 décembre.

©Photo: TC Media – Mario Beauregard

MUNICIPAL. Le directeur du Service de l'urbanisme, Sylvain Dubois, quittera pour la retraite dans quelques semaines, a-t-on appris à la séance du conseil municipal du 1er novembre.

Il s'agit d'un huitième poids lourd à quitter l'organisation municipale depuis les six derniers mois.

Le départ de Sylvain Dubois s'ajoute à ceux de Me Patrice Guay (directeur du Service des affaires juridiques), Michel Byette (directeur général adjoint, volet services de proximité), Michèle Galipeau (vérificatrice  générale), Marie Gendron (directrice du Service des communications et du marketing), Lise Poirier (directrice du Service des systèmes et des technologies), Sylvain Allard (directeur du Service des Travaux publics) et Robert Séguin (directeur du Service de sécurité incendie). Ce dernier prendra également sa retraite au 31 décembre prochain.

Promotions

L'actuel directeur adjoint à l'Urbanisme, Luc Paquette, a été confirmé au poste de directeur du service auquel il est rattaché depuis 1990. Il entrera en fonction le 1er janvier 2017.

Idem pour le directeur adjoint du Service de sécurité incendie, René Daigneault, qui succédera à M. Séguin. L'annonce avait été faite au conseil municipal du mois dernier.

Par ailleurs, deux autres postes ont été comblés ces derniers mois par des candidats recrutés à l'externe, alors que la Ville est toujours en mode recrutement pour pourvoir la direction aux Communications, aux Systèmes et des technologies de même qu'au Bureau du vérificateur général.

Grand remue-ménage

Cette récente vague de départs n'est pas sans rappeler celle qui avait frappé la haute fonction publique lavalloise à la suite de l'élection de Marc Demers et de l'entrée en scène du nouveau directeur général, Serge Lamontagne, nommé par la Commission municipale du Québec (CMQ) lors de la tutelle de 2013.

Dans la foulée de son slogan électoral Mettons fin au désordre, M. Demers avait donné le ton en début de mandat.

Outre les départs annoncés des PDG de Laval Technopole et Tourisme Laval, on avait assisté à un changement de garde majeur à la direction de nombreux services municipaux, à savoir le Greffe, la Vie communautaire, de la culture et des communications (VCC), le Contentieux, l'Évaluation, les Finances et le Bureau des Grands projets.

Ajoutons à ça un nouveau directeur au Service de police de Laval, également nommé par la CMQ trois mois avant le scrutin de novembre 2013.

Redonner confiance

À l'automne 2014, dans le but de calmer la grogne chez les promoteurs immobiliers qui dénonçaient les longs délais dans le traitement de leurs demandes de permis, l'administration Demers avait tenu un grand forum impliquant des entrepreneurs des secteurs résidentiel, commercial, industriel et institutionnel et les cadres supérieurs de différents services municipaux.

Au cabinet du maire, on constatait alors que l'effondrement du régime autocratique sous Gilles Vaillancourt avait laissé une fonction publique «hésitante», voire «extrêmement prudente» au point de «paralyser ou du moins beaucoup ralentir la machine municipale».

Bref, la réorganisation qui s'est opérée ces trois dernières années au sein de l'appareil municipal allait aussi donner lieu à la création de quatre directions générales adjointes (DGA) liées au Développement durable, aux Services de proximité, à l'Administration et au Développement économique. Cette restructuration visait à moderniser les processus décisionnels, favoriser une vision commune et redonner confiance aux employés et citoyens.

À lire aussi: L'indemnité de départ consentie à Lise Poirier fait jaser