Sections

Une patrouille de surveillance arrivée à point


Publié le 19 mai 2017

Anthony Mager-Dugas (à l'avant-plan) et son coéquipier Marc-André Lamarre ont pu réveiller les résidents de Laval-sur-le-Lac avant qu'une situation malheureuse se produise.

©Photo Police de Laval

INONDATIONS. La crue des eaux qu'ont connu les résidents de l'ouest de l'île aurait pu prendre une tournure malheureuse pour deux d'entre eux, à Laval-sur-le-Lac.

Dans la nuit du 12 mai, vers 2h, les agents Anthony Mager-Dugas et Marc-André Lamarre ont pris part à une patrouille préventive et répondu à l'appel d'une dame demandant la surveillance de sa pompe, craignant un vol.

En arrivant au domicile, rue Les Érables, les policiers n'ont pu entrer dans le garage où se trouvait la pompe, l'odeur d'essence étant trop intense. Craignant pour la vie des deux occupants, ils ont cogné et sonné à la porte dans le but de les réveiller.

«Ils sont finalement venus nous ouvrir, raconte Anthony Mager-Dugas. Il y avait une porte entre le garage et la maison et ils avaient installé une pellicule de plastique en raison de la présence de tuyaux, mais les vapeurs passaient au-travers. Les gens n'ont subi aucun malaise et ils ont pu réintégrer leur maison après que tout eut été ventilé et que la pompe ait été amenée à l'extérieur.»

Prudence

La prudence est donc de mise lorsqu'on installe des équipements de la sorte. Au moment de l'intervention des policiers, le taux de CO dans l'air ambiant était de 50 ppm dans le garage et de 38 dans la résidence, alors que le taux normal devrait être de 0,2 selon l'Organisation mondiale de la Santé.

«De l'équipement électrique peut être installé à l'intérieur d'un bâtiment, mais celui fonctionnant avec de l'huile du propane ou de l'essence devrait toujours être placé à l'extérieur», rappelle Michel Durocher, chef aux opérations au Service de sécurité incendie de Laval.