Sections

Unis pour parrainer tous les boisés


Publié le 13 septembre 2017

En s'unissant, les différents groupes de citoyens seront incités à partager leurs équipements pour mieux veiller à la conservation des bois, dont le bois Papineau.

©(Photo TC Media - Mario Beauregard)

FORÊT. Alors que seulement 7 bois sur 18 sont parrainés par un organisme bénévole à Laval, le nouveau Réseau des bois de Laval s'engage à protéger tous les «orphelins» et à inviter davantage la population à profiter des plaisirs de la nature.

Luc Leblanc, porte-parole et administrateur du Réseau des bois de Laval.
(Photo TC Media - Mario Beauregard)

Le Réseau piloté par Luc Leblanc, qui est aussi président de la Corporation pour la mise en valeur du Bois de l'Équerre, est maintenant incorporé depuis le 1<+>er<+> septembre. «Nous serons la première région dotée d'un [réseau qui s'apparente à la] Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ). On veut avoir une équipe permanente qui puisse travailler à temps plein», a déclaré le porte-parole lors de l'annonce devant le bois Papineau, le 9 septembre.

En s'unissant, les différents groupes de citoyens seront incités à partager leurs équipements pour mieux veiller à la conservation des bois. Le Réseau souhaite aussi organiser des activités en nature pour qu'ils deviennent une véritable destination touristique locale. «Les couleurs sont magnifiques, ici aussi», plaide M. Leblanc en faisant référence à toutes les familles qui se rendent à Saint-Sauveur l'automne pour admirer les paysages.

La conseillère municipale de Val-des-Arbres, Christiane Yoakim, se plait à dire que le bois Papineau n'est rien de moins que le «<@Ri>Central Park<@$p> de Duvernay»! «Ce n'est pas une activité électorale. J'aime sincèrement ce boisé et il ne peut survivre que si on est présents», estime la conseillère qui a lancé une mise en garde contre les gens mal intentionnés.

Opérations de nettoyage

Pneus, morceaux de clôtures, lavabos et même toilettes abandonnées, le député fédéral d'Alfred-Pellan, Angelo Iacono, en a vu des vertes et des pas mûres lors des opérations de nettoyage auxquelles il a participé.

«On ne doit pas délaisser nos forêts. Il faut agir en prévention, pas juste en cas de catastrophe», avance-t-il en parlant des investissements de son gouvernement pour venir en aide aux sinistrés du feu de forêt à Fort McMurray, en Alberta.

Le Réseau des bois de Laval souhaite être financé à hauteur de 500 000 $ par année grâce à l'appui des différents paliers gouvernementaux. Déjà, Francine Charbonneau, ministre responsable de la région de Laval, a profité de l'occasion pour remettre une enveloppe de 3000 $ à l'organisme. Au niveau fédéral, M. Iacono promet de voir les possibilités en ce qui a trait aux subventions, alors que du côté de la Ville de Laval, aucun montant n'a encore été confirmé. Le maire Marc Demers convient toutefois que «les besoins sont énormes pour la valorisation des boisés. Il y a beaucoup de défis et on doit travailler ensemble».