Les Aliments Lesters investit 13,8 M$

Le président de Les Aliments Lesters, Henry Mizrahi, entouré de Saul Polo et David De Cotis, respectivement député de Laval-des-Rapides et vice-président du comité exécutif de la ville de Laval.

EXPANSION. Implantée en bordure du boul. Industriel depuis 1971, l'entreprise Les Aliments Lesters consolide sa présence à Laval au moyen d'un investissement de 13,8 M$.

Publicité

L'ajout de 20 000 pieds carrés à une usine qui en occupe déjà 140 000 s'accompagne d'un élan de modernisation et d’acquisition d’équipements spécialisés dans la fabrication de charcuteries.

Président de cette entreprise familiale fondée à Montréal en 1931, Henry Mizrahi a précisé lors d'un point de presse tenu le 25 janvier qu'une cinquantaine d'emplois seraient créés dans un horizon de trois ans.

Prêt sans intérêt

Pour l'heure, ce manufacturier met au travail 292 personnes, dont plus de la moitié réside à Laval, a mentionné Saul Polo, député de Laval-des-Rapides et adjoint parlementaire de la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade.

M. Polo prenait la parole pour annoncer un prêt sans intérêt de 2,8 M$.

Cette aide financière émane du programme ESSOR, lequel contribue à la réalisation de projets d’investissement dans une perspective d’accroissement de la compétitivité et de la productivité, de création d’emplois et de développement durable au Québec.

«Ce soutien d'Investissement Québec [qui administre le programme] a joué un rôle important dans la décision d'investir dans cette usine au lieu de considérer les options hors province», a reconnu M. Mizrahi.

Un modèle à suivre

Le grand patron a fait valoir que la présente expansion allait permettre de réorganiser l'usine, augmenter la capacité de production et réduire les coûts d'opération.

Incidemment, plus tôt en matinée, la société d'État à vocation économique, Investissement Québec, arrêtait sa tournée manufacturière à Laval pour y faire la promotion des innovations technologiques et numériques.

Essentiellement, on passait le message de la ministre Anglade à l'effet que «nos entreprises doivent se moderniser afin d’améliorer leur productivité et d’accroître leur compétitivité», compte tenu d'une concurrence toujours de plus en plus vive.

À cet égard, le gouvernement du Québec et son bras investisseur ont débloqué un budget de 700 M$ sur 3 ans pour soutenir les manufacturiers dans leurs projets de modernisation.

Quant au numéro 2 de l'administration Demers et responsable des dossiers économiques, David De Cotis, il a salué l'apport de Les Aliments Lesters dans la vitalité de l'économie lavalloise, soulignant au passage la croissance annuelle de 2 % des emplois sur le territoire depuis 15 ans.

Mine de rien, les 12 000 entreprises en affaires à Laval procurent quelque 156 000 emplois dans l'île.

Publicité

À lire aussi