Le fédéral soutient une biotech lavalloise

La députée fédérale de Vimy, Eva Nassif, entourée de François-Pierre Chevalier et de sa sœur Isablèle, tous deux coprésidents de Bio-K Plus International.

EXPORTATION. Le ministère fédéral de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire octroie une subvention de 50 000 $ à Bio-K Plus International afin de la soutenir dans sa stratégie de commercialisation aux États-Unis.

Publicité

Cette aide financière provenant du programme Agri-Marketing contribuera, entre autres, à faire la promotion des bienfaits pour la santé des capsules et boissons probiotiques produits par cette biotech lavalloise.
Société phare de l'industrie nutraceutique au Québec, Bio-K Plus évolue dans un marché mondial hautement compétitif, a rappelé la coprésidente de cette entreprise familiale, Isabèle Chevalier.
«Nous sommes une PME, donc un peu comme le petit poisson rouge dans une mer de requins, a-t-elle illustré en évoquant les multinationales et grands fonds d'investissements qui composent le marché. D'avoir un coup de pouce comme ça fait une grande différence pour nous.»
Déjà implantée dans les 52 États américains où elle exporte la moitié de sa production, Bio-K Plus entend y accroître sa présence en participant notamment à des foires commerciales.
Innovation
Représentant la ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lawrence MacAulay, la députée de Vimy, Eva Nassif n'a pas manqué de vanter les «progrès en innovation» de la gamme de ces produits probiotiques développés à Laval.
«L'innovation est au cœur de Bio-K Plus, c'est le fondement même de notre produit, notre compagnie», a renchéri Mme Chevalier.
Née en 1994 de la fusion des technologies pharmaceutiques et alimentaires, l'entreprise qui emploie aujourd'hui 125 personnes est d'ailleurs dûment reconnue par Santé Canada.
En effet, en 2013, le ministère fédéral de la Santé approuvait la formule exclusive et brevetée de probiotique Bio-K+MD pour aider à réduire le risque d'infections au Clostridium difficile chez les patients hospitalisés et en soins de longue durée.

Publicité

À lire aussi