Recul du français sur le territoire: Le Parti Québécois de Laval inquiet

Le recul du français sur l'île Jésus fait réagir le Parti Québécois de Laval.

POLITIQUE. Les réactions ont été nombreuses depuis la publication des données du Recensement 2016 sur l'utilisation des langues officielles d'un océan à l'autre et le déclin du français partout au pays et sur le territoire inquiète le Parti Québécois de Laval.

Publicité

Depuis 2001, c'est à Laval que la plus forte décroissance du français parlé à la maison sur l'ensemble de la province est ressentie fait remarquer le PQ lavallois, passant de 77,5 à 64,6 %, selon son analyse faite à partir des données 2016. L'anglais gagne du terrain sur le territoire, l'augmentation étant de 30 %, soit la plus forte dans la grande région de Montréal.

«Ce que l’on constate, c’est que Laval est l’épicentre du recul du français au Québec, déplore Odette Lavigne, présidente du Parti Québécois de Laval. En d’autres termes, il n’y a pas d’autres endroits — même l’ouest de l’île de Montréal! – où le français est davantage en recul qu’à Laval.»

Le parti pointe du doigt le gouvernement au pouvoir pour cette baisse de la langue de Molière, indiquant que «les libéraux ont coupé dans la francisation et n'ont jamais voulu procéder aux nécessaires ajustements à la Charte de la langue française».

«L’an prochain, les Lavallois qui se soucient de l’avenir et du bien-être de la langue officielle du Québec auront l’occasion de remplacer la désastreuse équipe libérale en place depuis 2003 par des députés du Parti Québécois», déclare Jocelyn Caron, président de l’exécutif du Parti Québécois de Laval-des-Rapides.

Au pays

Les statistiques font état de 22,9 % des Canadiens qui parlent une autre langue que le français et l'anglais à la maison, une légère hausse comparativement au pourcentage de 2011 (21,8 %). Pour ce qui est des langues maternelles, le français est en recul, passant de 21,3 en 2011 à 20,4 % l'an dernier tandis que l'anglais se maintient avec 59,1 contre 59,9 % il y a six ans. (D.H.)

Publicité

À lire aussi