Sanofi Canada désire inspirer les jeunes du secondaire

Caroline Lévesque caroline.levesque@tc.tc
Publié le 2 juin 2014
La matinée réunissait des élèves d’écoles secondaires de Laval et Montréal.
Mario Beauregard

RELÈVE. Un groupe d'étudiants des écoles Laval Liberty High School, Laval Junior High School et North Star Academy Laval ont eu l'occasion d'assister à une série de présentations interactives lors de la journée Destination Innovation, au sujet de l’avenir de la science et de la recherche, le 15 mai.

Cette matinée a eu lieu au siège social de Sanofi Canada, spécialisée dans la recherche pharmaceutique.

Parmi les conférenciers se trouvaient des dirigeants de la compagnie dont Jon Fairest, président-directeur général de Sanofi Canada, le Dr Charles Hugh-Jones, M.D., officier médical en chef, Sanofi Amérique du Nord, le Dr François Légaré de l'INRS (Institut national de la recherche scientifique) et David Saint-Jacques, astronaute de l'Agence spatiale canadienne (ASC), qui a clôturé les allocutions de la matinée par un message vidéo.

North Star Academy Laval

Cinq étudiants de la classe de physique de 5e secondaire de l’école North Star Academy Laval ont participé à cette rencontre, dont Fatima Bahsoun, 16 ans, qui aspire à faire carrière en nutrition. Cette rencontre l’a enrichie et lui a confirmé son désir de travailler dans le domaine des sciences. Elle a choisi d’assister à cette activité par curiosité, pour savoir si elle pouvait s’impliquer à son âge dans une compagnie de cette envergure.

«Bien sûr, je ne peux pas, mais cette sortie m’a inspirée, laisse-t-elle savoir. Spécialement quand on nous a dit qu’avec beaucoup d’efforts, on peut aller loin.»

Percer dans un domaine masculin

Étant donné que le domaine des sciences est traditionnellement masculin, certaines étudiantes ont soulevé la question de la place accordée aux femmes dans ce champ d’activité. «Une femme là-bas nous a dit que ce n’était pas vraiment important, indique Fatima. Si on a une passion pour son métier, on peut réussir tout ce qu’on veut accomplir.»

«Je pense que les étudiants ont trouvé cela vraiment intéressant, indique Fabio Cinquemani, enseignant en physique et en mathématiques, qui a accompagné les jeunes. Encore là, c’était les plus sérieux. Ils sont matures et peuvent comprendre des choses un peu plus avancées et penser au futur, l’université et leur carrière.»

Par ailleurs, lors de l’événement, l’artiste-peintre sculpteur et émailleur Bernard Séguin Poirier a dévoilé une œuvre d’art originale dédiée à la Ville de Laval et au futur de l’innovation dans la communauté.