Un collège axé sur l’entrepreneuriat ouvrira ses portes en septembre

Nouvel établissement secondaire privé à Laval

Caroline Lévesque caroline.levesque@tc.tc
Publié le 2 avril 2015
Des élèves du Collège Laurier, entourés d’un représentant de la Banque Nationale, Dikran Husseindjian, président du c.a., Myriam Stephens, directrice générale, Yves Legault, vice-président du c.a. et directeur du Collège Letendre, Chantal Provost, présidente-directrice générale de la CCIL.
Vincent Graton

ÉDUCATION. Sous la nouvelle appellation «Collège citoyen», le Collège Laurier, institution privée plus que centenaire, ouvrira ses portes à quelque 400 élèves de la première à la cinquième secondaire provenant de Laval et des Basses-Laurentides, dès septembre.

Situé à l'angle de l'autoroute 13 et du boulevard Sainte-Rose, cet établissement reposera essentiellement sur une pédagogie à visée entrepreneuriale et intégrée à l’ensemble des matières, une première dans l’enseignement secondaire.

«Tous les élèves reçoivent la formation de l’école québécoise, mais, en plus, on intègre des approches pédagogiques par de la matière complémentaire pour passer de l’idée à l’action, ce qui teint toute notre pédagogie», laisse savoir Myriam Stephens, directrice générale du Collège.

14 M$

La construction de la nouvelle bâtisse, qui a pris moins d’un an entre la conception et la réalisation, repose sur une somme de 14 M$ provenant de la Banque Nationale du Canada, d’Investissement Québec, de même que du Collège Letendre.

Cette école, qui avait trouvé refuge au Collège Letendre depuis septembre 2013, après qu’elle fut chassée de l'édifice patrimonial qui l'abritait au cœur du Plateau Mont-Royal depuis 1876, conçoit les classes comme des «microentreprises démocratiques».

Elle est d’ailleurs soutenue par la Chambre de commerce et d’industrie de Laval (CCIL), qui s’y impliquera en offrant des stages en entreprises aux élèves.

Des ateliers de croissance personnelle en méditation, par exemple reliés à la gestion du stress, sont également offerts. Chapeautées par des gens d’affaires, des simulations de démarrage d’entreprises et même de création de produits font aussi partie du cheminement.

«On amène les élèves à vivre ce que les compagnies préparent avec leurs équipes dans le milieu du travail pour les mobiliser», ajoute Mme Stephens.

Artistes, scientifiques, communicateurs, passionnés de sciences humaines, tous les profils d’élèves sont compatibles avec cette méthode d’enseignement, assure la directrice générale.

Outils numériques

L’institution mise fortement sur le recours aux outils numériques comme supports pédagogiques, notamment en fournissant des tablettes aux jeunes.

«Ils sont utilisés pour bonifier l’enseignement et non s’y substituer», renchérit le président du c.a. du Collège citoyen, Dikran Husseindjian, qui a fait carrière à titre de directeur général chez Apple Canada pour le secteur éducationnel.

Cet établissement sans but lucratif et agréé aux fins de subventions par le ministère de l’Enseignement, du Loisir et du Sport accueille aussi les élèves aux besoins particuliers avec son équipe de spécialistes qui les suit tout au long de leur parcours scolaire, grâce au programme l’Apostrophe.

La journée portes ouvertes aura lieu le samedi 25 avril, de 13h à 16h, au 4001, boulevard Sainte-Rose.