Salon des entreprises: une bonne façon de trouver un emploi

Moins achalandé que la première édition


Publié le 17 mars 2017

Christiane Brodeur, chargée de projets à la CCIL, et Marc Chamberland d'Emploi Québec, ont accueilli les visiteurs du 2e Salon des entreprises.

©Mario Beauregard

TRAVAIL. La Chambre de commerce et d'industrie de Laval (CCIL) a mis en relation fournisseurs et chercheurs d'emploi dans le cadre du 2e Salon des entreprises tenu au Château Royal, le 16 mars.

:«Le Salon des entreprises constitue une opportunité d'établir un premier contact direct, autant pour les employeurs de la région que les chercheurs d'emploi», précise Marc Chamberland, d'Emploi-Québec Laval.  

Le MAG Spécial Emploi, magazine économique de la CCIL, servait de guide au visiteur. «Les kiosques et les postes disponibles y étaient présentés par entreprise et par secteur d'activité. Les gens ont pris le temps d'organiser leur visite grâce à cet outil, ce qui rendait les rencontres efficaces, pertinentes et même concluantes pour les deux parties», poursuit-il.

Déception

Les organisateurs de l'événement aurait aimé attirer plus de 2500 personnes, afin de pourvoir les 200 postes disponibles. Organisé en collaboration avec Emploi-Québec Laval, la Société de transport de Laval (STL) et les Services Emploi Laval (SEL), le Salon a rejoint 1000 personnes.

«C'est une déception, souligne Christiane Brodeur, de la CCIL. Le lendemain de la tempête et le taux de chômage plus bas à Laval expliquent sans aucun doute le faible achalandage.

«Les commentaires des exposants et des chercheurs sont très positifs. Ce Salon a sa raison d'être», ajoute-t-elle.

L'an dernier, quelque 2000 visiteurs sont venus faire connaissance avec une soixantaine d'entreprises alors à la recherche de candidats potentiels pour combler un total de 250 postes.

Nouveautés

Cette année, le Salon présentait quelques nouveautés. Une zone aide à l'emploi était réservée aux chercheurs «Ça leur permettait la rédaction de curriculum vitae et de se préparer pour les entrevues avant d'entrer en contact avec les employeurs», souligne M. Chamberland.

Des gens de l'Association des personnes vivant avec une surdité de Laval pouvaient traduire en temps réel en langage des signes. Ils  accompagnaient aussi les chercheurs d'emploi lors des conférences et les aidaient à communiquer avec les employeurs.

L'autre nouveauté est l'horaire allongé du Salon. L'an dernier, les visiteurs avaient entre 9h et 16h pour vendre leur salade. Cette année, il se déroulait entre 9h et 20h.

Stratégies

Johanne Allaire, directrice générale de Perspective Carrière, était l'une des conférencières. «J'invitais les gens à s'armer de stratégies pour réussir leur recherche d'emploi.» Y a-t-il une stratégie miracle? «Je ne la connais pas. On aimerait bien cela avoir une baguette magique, insiste Mme Allaire. Les gens doivent rester dans l'action, aucun employeur ne va aller chercher une personne à la maison pour travailler.»

Immigrants

Mme Allaire a aussi pour mission de sensibiliser les employeurs, les employés et les nouveaux arrivants à prendre en charge leur intégration et à faire en sorte que ce projet devienne commun.  En 2011, le taux de chômage pour les nouveaux arrivants à Laval s'élevait à 17,5 % comparativement à 6,2 % pour les non-immigrants.

«Dès que nous accueillons des immigrants, nous devons faire partie intégrante de la réussite de l'intégration. La reconnaissance des talents doit être pris en considération dans cette démarche vers la réussite.»


Près de 1000 visiteurs ont rencontré des employeurs.

Présentation

Lucie Dubé, de l'Association Midi-Quarante, était sur place pour parler des différents services offerts par les Services Emploi Laval (SEL), qui regroupent 13 organismes œuvrant en développement de l'employabilité.  «À Laval, nous avons la chance de travailler en concertation.»

Navette et guide

Enfin, le partenariat avec la Société de transport de Laval, qui transportait gratuitement les visiteurs de la station de métro Montmorency au Château Royal, a grandement favorisé l'accessibilité au Salon comme en témoignent les nombreux allers-retours que le service de navette a effectués durant les heures d'accueil.