Projet d'agriculture urbaine à Chomedey

Secteur de l'école Saint-Maxime

Une équipe de l'organisme Enfant d'Abord, qui pilote le projet, a procédé à l'aménagement des bacs, le mois dernier.

ENVIRONNEMENT. En juillet, des bacs voués à l'agriculture urbaine ont été aménagés dans le secteur avoisinant l'école Saint-Maxime, un projet initié par le comité Sécurité alimentaire de la Revitalisation Urbaine Intégrée (RUI) de Chomedey. L'objectif est de sensibiliser les élèves à ce type d'activité agricole.

Publicité

La majorité des bacs ont été installés sur le terrain de l'établissement scolaire du boulevard Lévesque Ouest, mais 3 se retrouvent près du Bureau Consultation Jeunesse, situé tout près, accessibles aux jeunes fréquentant cet organisme dédié aux 14 à 25 ans.

«Nous avons aussi planté cinq arbres fruitiers, soit des pommiers cerisiers et poiriers. Trois sont à l'école et deux sur le site du Bureau Consultation Jeunesse», mentionne Patrice Angeli, agent de mobilisation au Comité de Développement Local de Chomedey, ajoutant que l'école Alphonse Desjardins profitera aussi de ces aménagements.

Dès cet automne, les jeunes pourront faire quelques récoltes, tels fèves, radis, laitue, des légumes plantés par l'organisme Enfant d'Abord, qui pilote le projet. «Nous avons une saison tardive, alors on a semé des pousses rapides», explique Patrice Angeli.

De la formation sur le sujet est aussi prévue auprès des adolescents et du personnel enseignant. «Enfants d'Abord sera toujours là pour aider et donner un coup de main», révèle l'agent de mobilisation.

Offert aux organismes

L'été prochain, des regroupements locaux pourraient avoir accès aux bacs pour faire leur propre plantation et récolte, le point de départ d'une collaboration entre plusieurs partenaires. «Il reste encore des accords à faire de ce côté-là», confie M. Angeli, indiquant que le projet peut être implanté partout sur le territoire. «Il en existe d'ailleurs déjà quelques-uns à Laval», termine-t-il.

Le projet a bénéficié d'un support financier de la Ville et du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du Territoire. L'investissement total est de quelque 15 000 $, comprenant les ressources humaines et les différents achats.

 

Publicité

À lire aussi