Un voyage au profit de l'avenir des jeunes en HLM

Carol Lynn Blair et ses compagnons de voyage ont chaussé leur souliers de marche pour aider les jeunes vivant en HLM.

DÉFI. À l'emploi de l'Office municipal d'habitation de Montréal (OMHM) depuis 21 ans, auparavant comme préposée à l'entretien et aux réparations et maintenant directrice, Carol Lynn Blair connaît les défis auxquels font face les jeunes habitant en HLM. Afin de les encourager, elle a participé à un voyage caritatif au Maroc au profit de la Fondation de son employeur.

Publicité

Les voyageurs ont posé pour la postérité au sommet d'une montagne.

Le trek de 12 jours au Maroc, il y a quelques semaines, a engrangé 91 000 $, des dollars qui seront investis dans la persévérance scolaire et autres activités.

Les marcheurs ont pu admirer de beaux paysages marocains.

«La Fondation est partenaire avec Éducaide et il y a des jeunes qui sont sur une liste pour obtenir de l'aide monétaire afin de poursuivre leurs études, alors il y aura de l'argent pour ça, explique la résidente de Saint-François. On aidera aussi des mères monoparentales qui ont cinq, six, sept ou huit enfants et ont besoin de soutien pour les envoyer à l'école et les nourrir.»

Des regroupements communautaires dont les locaux sont situés dans les HLM recevront aussi un appui monétaire, eux qui organisent des activités pour tenir les jeunes occupés. «Ils proposent notamment de l'aide aux devoirs et des ateliers qui leur apprennent, entre autres, à faire à manger. En participant à ces activités, les jeunes ne traînent pas dans les rues.»

Aventure hors du commun

Le voyage sur le continent nord-africain a été une expérience inoubliable pour la Lavalloise et les 13 autres personnes qui l'accompagnaient, dont 2 étudiants qui résident en HLM. «Nous avions de longues journées. À 2 reprises, nous avons marché pendant 15 heures! Nous avons campé dans la nature», dit celle qui à l'instar de ses compagnons a dû récolter 7500 $ pour prendre part à ce voyage caritatif.

La dernière journée a été particulièrement ardue avec l'ascension de la plus haute montagne d'Afrique du Nord, soit le mont Toubkal, qui culmine à 4170 mètres. «C'était spécial parce qu'au sommet, il faisait moins 2 degrés, alors que 10 heures plus tard, à notre arrivée au petit village tout près, il faisait 43 degrés!»

La Lavalloise s'était bien préparée pour son aventure marocaine avec de nombreuses randonnées, notamment au mont St-Hilaire, au Mont Sutton, à la Montagne Noire et en gravissant Big Slide, une montagne située dans l'État de New York.

«Malgré tout, dès le jour 1, j'ai eu des ampoules aux pieds, comme un peu tout le monde, probablement causées par la chaleur. Mais le groupe était tellement extraordinaire, tout le monde m'encourageait et on m'a même massé les pieds! Ce n'est pas tout le monde qui était en forme, mais ceux qui étaient souvent en avant revenaient sur leurs pas pour aider les autres et parfois porter leur sac à dos. Il y a eu beaucoup d'entraide», conclut-elle.

Publicité

À lire aussi