Comment s'y prendre pour vendre vos antiquités

Sur la route des antiquaires

Il existe plusieurs façons de vendre des trésors de famille tout en espérant obtenir un bon prix.

Parmi les demandes d’aide que m’adressent mes clients lors d’une évaluation de lots de meubles, accessoires anciens et objets décoratifs, une des plus courantes est sans aucun doute ce questionnement au sujet de la vente (habituellement le plus rapidement possible) des biens que je viens à peine d’évaluer.

Publicité

La méthode la plus rapide pour une vente d’antiquités est évidemment de faire affaire avec un spécialiste, c’est-à-dire un antiquaire. Il a accès à un camion, un ou deux employés et préférablement une boutique qu’il doit remplir régulièrement s’il veut satisfaire sa clientèle ou encore attirer des acheteurs qui jettent constamment un coup d’œil dans ses vitrines.

Le seul ennui, c’est que tous ces avantages entraînent des coûts; de là des offres quelques fois un peu basses. Mentionnons toutefois que cette caractéristique est largement compensée par le fait qu’il prendra tout ce que vous avez pour ensuite en faire un tri dans sa boutique. Après son passage, le problème de la vente est pour ainsi dire vite réglé.

Horaires

Si vous passez par les petites annonces dans votre hebdomadaire préféré (que l’éthique m’empêche de nommer ici), votre très grande quantité, mais surtout la diversité des biens à vendre, vous fera rencontrer beaucoup de gens à des horaires qui ne vous conviennent peut-être pas toujours. Vous obtiendrez, par contre, un prix plus près de ce que vous espériez.

Il y a également l’encan chez un professionnel qui saura vous dire à quelques centaines de dollars près ce qu’une journée d’encan vous rapporterait. Ces événements attirent habituellement une foule importante, surtout si l’encanteur utilise une liste d’acheteurs potentiels plutôt volumineuse.

Plusieurs enchérisseurs pour un même objet feront inévitablement monter le prix de vente, à votre avantage, bien entendu. Un encanteur organisant plus d’une trentaine de séances de vente par année connaîtra facilement les articles qui atteindront des prix plus qu’intéressants et saura les passer au fil des ventes au meilleur moment de la journée.

Portes ouvertes

Il y a également cette solution très intéressante de planifier une ou deux journées portes ouvertes avec un organisme qui s’occupera de la vente de tous vos biens. Voyez la photographie de cette semaine, un exemple de quelques objets à vendre par l’entremise de la firme Trésors cachés Enr. de Montréal.

La propriétaire, Nerelle Cooper, s’occupe de toutes les étapes qui vous mèneront à vous départir rapidement de vos antiquités et biens de collection. La publicité que reçoivent ses clients acheteurs, par voie électronique, constitue un très bon rappel pour les intéressés fidèles aux ventes régulières qu’elle organise.

Ses connaissances en art ainsi que dans le domaine des antiquités lui permettent d’apposer un prix intéressant pour le vendeur et les acheteurs sur chacun des objets mis en vente. Personnellement, j’y ai déjà fait d’intéressantes découvertes. Comme pour tous les vendeurs, antiquaires ou encanteurs, les connaissances de tout un chacun ne peuvent tout englober.

Rappelez-vous d’une chose, il est toujours préférable de connaître la valeur marchande d’un bien qu’on s’apprête à vendre. En effet, rien de plus choquant que de vendre pour des clous une antiquité patrimoniale dont la valeur se situe dans les trois ou quatre chiffres!

Lisez plus de chroniques de Mario Wilson en cliquant ici

 

Publicité

À lire aussi