Toit vert : 5 informations essentielles à savoir

Une chronique de Soumission Rénovation

Le phénomène des toits verts prend de l'expansion et devient de plus en plus accessible à la population générale. Les gens perçoivent maintenant les toits plats comme des surfaces inexploitées pouvant accueillir une terrasse, un espace de loisir et même un jardin.

Publicité

En ville, les toits verts sont particulièrement appréciés, car ils aident à lutter contre les ilots de chaleur qui se forment là où les matériaux de construction des immeubles et des rues absorbent et émettent beaucoup de chaleur.

Aussi appelés «toits vivants» ou «toits végétalisés», les toits verts encouragent la biodiversité, en plus d'être agréables au plan esthétique. En ville, les oiseaux et autres espèces comme les abeilles peuvent s'y épanouir, retrouvant un espace de vie qu'ils avaient perdu suite à la construction de nombreux immeubles.

De plus, les plantes qui s'y trouvent pourront contribuer à retirer les polluants de l'air ambiant et à mieux absorber le dioxyde de carbone, améliorant ainsi la qualité de l'air.

Les types de toits verts

Il existe deux types de toits verts, soit les toits intensifs et les toits extensifs. Les toits intensifs sont épais et accueillent beaucoup de plantes, ce qui veut dire qu'ils ont besoin de beaucoup d'entretien. Les toits extensifs, quant à eux, sont moins profonds et demandent peu d'entretien.

Construire un toit vert

D'abord, il faut s'assurer que la toiture et la structure de la maison soient assez solides pour pouvoir soutenir le poids supplémentaire occasionné par l'ajout d'une couche de terre et de végétaux. Un ingénieur spécialisé en structures pourra vous faire un rapport à ce sujet.

Une fois que l'on sait que le projet est envisageable, la prochaine étape consiste à s'informer auprès de la ville pour savoir s'il y a des réglementations municipales à ce sujet.

Ensuite, on doit rencontrer des entrepreneurs qui nous proposeront des soumissions pour les travaux de rénovation. En général, la toiture doit être recouverte d'une membrane imperméable et d'une ou de plusieurs couches d'isolation. Il arrive aussi que la bordure du toit doive être adaptée.

La durée de la toiture

Comme la membrane du toit est protégée des rayons UV et des intempéries, la durée de vie de la toiture sera plus longue qu'elle l'aurait été sans l'ajout de cette couche supplémentaire. On parle généralement d'une durée de vie double à celle d'une membrane standard.

Les économies d'énergie

Durant l'été, le toit vert absorbe les rayons de soleil qui autrement se seraient posés sur l'immeuble, aidant à maintenir une température intérieure agréable sans que l'on doive faire fonctionner la climatisation à pleine force.

Puis, étant donné que nous sommes au Canada et que la saison froide est plus longue, il est aussi intéressant de noter que le toit vert permet de minimiser les pertes de chaleur tout en contribuant à l'isolation de la maison.

Le coût approximatif d'un toit vert

Il faut l'admettre d'emblée: l'installation d'un toit vert est un projet qui coûte beaucoup d'argent. Il ne suffit pas de mettre une couche de terre et de planter des herbes et des arbustes pour avoir un toit vert. Il faut préparer la toiture, y poser des couches de protection et une membrane pour accueillir la terre et le poids supplémentaire occasionné par la pluie et les plantes. Avec le coût du revêtement, l'installation d'un toit vert coûtera environ 18 à 37 $ le pied carré.

Cependant, comme le toit vert permet d'effectuer des économies d'argent par rapport aux dépenses énergétiques et que la durée de vie de celui-ci est plus longue que beaucoup d'autres matériaux de toiture, les coûts élevés de l'installation finiront par être rentabilisés.

Publicité

À lire aussi