Premier concert dans une salle rénovée pour l'OSL

Benoit LeBlanc benoit.leblanc@tc.tc
Publié le 20 octobre 2016

Pour cette grande soirée d'ouverture, Isabel Bayrakdarian a chanté du Ravel et des airs folkloriques arméniens dont les arrangements sont signés Alain Trudel, chef de l'OSL.

©TC Media - Mario Beauregard

ÉVÉNEMENT. Les musiciens de l'Orchestre symphonique de Laval (OSL) et leur chef Alain Trudel ont expérimenté avec enthousiasme et brio la nouvelle acoustique de la salle André-Mathieu pour ouvrir leur saison en accueillant la grande soprano canadienne Isabel Bayrakdarian dans la soirée du 19 octobre.

«Nous reprenons tous les remerciements entendus avant! de s'exclamer maestro Trudel après une interprétation tout en délicatesse des trois poèmes lyriques Shéhérazade, de Maurice Ravel par son  invitée. Jamais nous n'aurions pu programmer cette œuvre avant. Nous voyons déjà la différence avec ce son somptueux»

Pour terminer la première partie sur une note enlevante, annonciatrice du morceau de résistance à venir plus tard, soit le poème symphonique et rutilant Shéhérazade op. 35 du Russe Nikolaï Rimski-Korsakov, Isabel Bayrakdarian a interprété avec une émotion palpable trois chants folkloriques arméniens arrangés jadis par le chef lavallois.

Aller ailleurs

«Isabel et moi nous sommes rencontrés il y a quelques années autour d'airs d'opéra de Rossini, elle m'avait parlé d'airs folkloriques de son pays d'origine, de raconter Alain Trudel au public. On y voit le mélange de cultures et traditions, entre l'Orient et les pays du Nord.»

«Tout ce concert Nuit d'orient, Shéhérazade et son grand répertoire vient d'une volonté d'offrir autre chose aux Lavallois et de nous rapprocher des différentes communautés», d'ajouter Marie-Pierre Rolland, directrice générale de l'OSL.

Plus tôt dans la soirée, le public avait été reçu dans un hall d'entrée complètement revampé où jouait un quatuor à cordes formé par des élèves de l'école secondaire Curé-Antoine-Labelle.

Avant l'arrivée d'Isabel Bayrakdarian, Julie Perron, directrice générale de la salle André-Mathieu, avait souligné l'importance de rendre les musiciens de l'OSL plus confortables et d'améliorer notablement les capacités sonores de ce qui demeure la plus importante salle de spectacles en sol lavallois.