Comédie grinçante autour du sexisme et féminisme

Pour la comédienne Isabelle Brouillette, la baby-sitter de Catherine Léger est une Mary Poppins des temps modernes.

THÉÂTRE. Après avoir perdu son emploi en raison d'une blague sexiste ayant fait le tour d'Internet, un homme et son frère décident d'écrire un livre pourfendant le machisme. Tel est le point de départ proposé par la dramaturge Catherine Léger dans Baby-sitter, réservant autant de surprises à ses personnages qu'au public en une heure et vingt minutes d'action bien rythmée.

Publicité

«L'auteure a une façon incroyable de nommer les choses avec intelligence et humour, de confier Isabelle Brouillette qui incarne la copine de Cédric, le misogyne se retrouvant dans l'eau chaude. Les lignes sont savoureuses et on ne voit pas venir l'évolution des personnages.»

«Au final, les gens nous disent qu'ils ont ri de toutes les couleurs et qu'ils ne savent plus quoi en penser!»

Isabelle Brouillette, comédienne

C'est qu'une baby-sitter fera irruption, proposant des jeux thérapeutiques plutôt inattendus.

Mysoginie, machisme et mouvement féministe sont au cœur de cette comédie résolument actuelle.

«Cette fille représente une Mary Poppins des temps modernes qui est très libre dans ses valeurs et son esprit, de continuer Isabelle Brouillette. Elle pose un questionnement sur l'encadrement de la liberté, notamment celle d'expression.»

Mère d'une petite fille de cinq mois, vivant un état de post-partum, la copine de Cédric est complètement dépassée par cette crise qu'elle n'a aucun goût de gérer.

«Mon personnage est hyper fatigué, détaille l'actrice qu'on a vue au petit écran dans Destinées. Cette femme a une réaction d'étonnement. Elle observe avec un esprit d'analyse, ce qui contraste avec les personnages typiques de type hystérique aux émotions à fleur de peau.»

Dans cette comédie à quatre voix, chaque protagoniste aura son tango avec la mystérieuse baby-sitter qui confronte le paternalisme ambiant. Le metteur en scène Philippe Lambert a d'ailleurs beaucoup insisté sur la rythmique des dialogues et la justesse des sentiments de chacun.

«Sans morale, Catherine Léger met sa loupe sur la misogynie tranquille et le féminisme, ainsi que tous les comportements qui s'agitent autour de ces réalités», de conclure Isabelle Brouillette qui est accompagnée sur scène par David Boutin, Victoria Diamond et Steve Laplante.

Le Théâtre Catfight présente la comédie «Baby-Sitter», texte de Catherine Léger, mise en scène de Philippe Lambert, le jeudi 21 septembre, à 20h, à la Maison des arts de Laval (1395, boulevard de la Concorde Ouest). Information: 450 667-2040.

Publicité

À lire aussi