Le président de Chez Cora retrouvé ligoté à Laval


Publié le 9 mars 2017

La Sûreté du Québec a confié l'affaire à son Service des enquêtes sur les crimes majeurs.

©TC Media – Alexandre Parent-Léveillé

FABREVILLE. Peu avant 22h, dans la soirée du 8 mars, un appel effectué à la Sûreté municipale de Mirabel a fait état de l'enlèvement d'un homme de 44 ans. Il s'agit de Nicholas Tsouflidis, le fils de la fondatrice des restaurants Cora.

Très vite, l'affaire a été transférée à la section des crimes contre la personne puis aux crimes majeurs de la Sûreté du Québec (SQ).

Tôt dans la matinée du 9 mars, soit huit heures après le rapt, des citoyens ont aperçu un homme avec les mains ligotées dans le dos, abandonné dans un fossé en bordure de la montée Champagne, non loin de l'autoroute 13, à la hauteur du boulevard Dagenais.

La victime a été transportée à l'hôpital par prévention après avoir subi des blessures légères. On ne craint aucunement pour sa vie.

Dans une entrevue accordée à Paul Arcand, sur les ondes radiophoniques du 98,5 FM, un des citoyens ayant sauvé le plus jeune fils de Cora Tsouflidou a rapporté les mots de celui-ci. Il aurait raconté avoir été enlevé un fusil sur la tempe quand un homme se serait introduit chez lui, dans sa résidence du chemin du Grand St-Charles, entre Mirabel et Boisbriand.

L'enquête se poursuit, en attente que ses responsables rencontrent la victime. On sait que Nicholas Tsouflidis préside la chaîne de restauration spécialisée en déjeuner depuis 2008.