Un interminable cauchemar vécu par un couple de Gatineau

Un couple de Gatinois a été victime d'un violent braquage à domicile, le 17 juillet dernier.

Un couple de Gatinois a vécu un véritable cauchemar éveillé, le soir du 17 juillet dernier, quand une dizaine d’hommes cagoulés sont entrés de force dans leur résidence à la recherche d’argent, de drogue et d’armes.

Publicité

Les détails d’un violent braquage à domicile pour lequel ont été épinglés quatre suspects de Montréal et de Laval, il y a deux semaines, ont été relatés mardi après-midi au palais de justice Gatineau.

Edlerson Ulyse, 19 ans, subissait son enquête sur remise en liberté.

Ce dimanche soir d’été, vers 22h30, «le couple est au salon en train de regarder un film. Ça sonne à la porte. L’homme voit de la clarté, mais pas de silhouette. Il ouvre tout de même et se fait sauter dessus par deux individus», a relaté le sergent-détective François Gagnon de la police de Gatineau.

Pendant deux heures, le résident de l’endroit, le fils d’un homme d’affaires, a été tabassé, se faisant même transpercer les mains par une lame de couteau.

«Les suspects sont convaincus qu’il y a de l’argent dans la place, a raconté le policier. Chaque fois qu’il (la victime) dit qu’il n’y a rien de ça chez lui, ils sont insatisfaits de ses réponses et le battent de nouveau.»

Pendant ce temps, d’autres malfrats s’acquittent de maitriser la femme.

En s’emparant du portefeuille de l’homme, Ulyse et Roy découvrent une adresse différente sur son permis de conduire. Convaincus que de l’argent s’y trouve, ils font monter de force leur victime dans le VUS de sa conjointe et se rendent sur la rue des Anciens dans le secteur Pointe-Gatineau.

Pour ne pas éveiller les soupçons du voisinage, le duo a pris soin de retirer le sac servant à protéger un casque de moto qu’il avait placé sur la tête du père de famille dès les premiers instants, au moment de pénétrer dans la maison.

Selon le récit du policier, Roy conduisait le Honda CRV, tandis qu’Ulyse était assis sur la banquette arrière aux côtés de leur victime, pointant sur lui une arme de poing.

Une fois à l’intersection des boulevards La Vérendrye et Gréber, l’homme a tenté de s’échapper subtilement du véhicule, mais sans succès en raison du système de sécurité empêchant les enfants d’ouvrir les portières arrière.

«Une fois sur la rue des Anciens, deux autres suspects se dirigent vers la résidence et cognent à la porte. À l’intérieur, il y a les parents et le frère de monsieur. Il est aux alentours de minuit, a continué le policier à la barre des témoins. Le frère de la victime se rend à la fenêtre, regarde à l’extérieur, voit deux hommes qu’il ne connait pas et des véhicules à l’avant, et décide de ne pas répondre. Les suspects quittent et retournent sur la rue de Vallier» où ils ligotent le couple à l’aide de câbles électroniques dénichés dans une pièce servant de bureau.

«On enlève (à l’homme) le sac qu’il a sur la tête. Le suspect blanc (Roy) lui dit de bien reconnaître cette face-là et que s’il n’a pas 30 000$ demain à 13h au restaurant Mcdonald’s sur la rue Rideau (à Ottawa),  il va les tuer (sa conjointe et lui) ainsi que tous les membres de leur famille.»

Sous le choc, l’homme sérieusement blessé et la femme se sont rendus au quartier général du SPVG qu’environ une heure après le départ de leurs tortionnaires, en compagnie de leur fils de trois qui dormait durant les événements, soit après qu’un véhicule qui continuait à surveiller leur résidence même après le départ des nombreux malfaiteurs ait quitté le quartier.

Les quatre suspects arrêtés le 27 octobre dernier, trois à Montréal et un à Laval, ont entre autres pu être retracés à l’aide de leurs comptes Facebook et de numéros de téléphone liés à des appels logés à partir du cellulaire de la femme pendant qu’elle était séquestrée.

Edlerson Ulyse et Mathieu Roy sont inculpés d’introduction par effraction, de vol qualifié, d’enlèvement, de séquestration, de complot, d’agression armée, d’usage d’une fausse arme à feu lors de la perpétration d’une infraction et de vol d’un véhicule à moteur.

L’enquête caution du premier se poursuivra la semaine prochaine. Son avocat, Me Jacques Belley, estime qu’il y a eu erreur sur la personne. Roy, de son côté, envisagerait de plaider coupable aux accusations portées contre lui. Tous deux s’exposent à une longue peine d’emprisonnement.

Les deux autres hommes appréhendés comparaîtront ultérieurement.

Les quatre membres du quatuor gravitent dans l’entourage de membres connus de gangs de rue, selon la police de Gatineau, qui n’écarte pas la possibilité que soient effectuées d’autres arrestations en lien avec cette histoire.

Publicité

À lire aussi