Cinq mois de prison pour avoir menacé son ex-conjointe

La détention préventive de l'accusé écourtera appréciablement son emprisonnement au final.

JUSTICE. Au total des peines retenues contre lui et dont la plus lourde totalise un an derrière les barreaux, le Lavallois Marc Laroche n'aura qu'à purger cinq autres mois d'emprisonnement en raison de sa détention préventive, lui qui a été arrêté le 9 avril après avoir menacé son ex-conjointe d'un sabre japonais aux abords du bar Le Skratch, boulevard Chomedey.

Publicité

La juge Lise Gaboury l'avait reconnu coupable de plusieurs chefs d'accusation le 26 mai, principalement en matière de menaces de mort, possession d'arme dans un dessein dangereux et conduite dangereuse.

La sentence est tombée le 16 août, au palais de justice de Laval, à la grande déception de la Couronne qui réclamait trois ans d'incarcération, l'homme ayant déjà brisé des conditions à plusieurs reprises par le passé.

À sa sortie de cellule, le cinquantenaire devra respecter une nouvelle ordonnance de probation chargée d'une durée de trois ans, dont deux avec suivi.

Il ne pourra communiquer avec son ex-conjointe ni s'approcher de son domicile ou lieu de travail. Il lui est interdit de se trouver dans les bars Le Skratch et Rose-Ange.

En plus de ne pas troubler l'ordre public, faire preuve de bonne conduite et rencontrer son médecin traitant, Marc Laroche ne pourra posséder d'arme à feu, devra suivre une thérapie et fournir un échantillon ADN.

Publicité

À lire aussi