Une saison parfaite pour les Maraudeurs

Sylvain Lamarre sylvain.lamarre@tc.tc
Publié le 20 avril 2014
Les championnes provinciales en soccer féminin, catégorie juvénile.
Photo Courtoisie

SOCCER. La formation féminine juvénile des Maraudeurs du Collège Laval a connu une saison parfaite dans la Ligue scolaire de soccer.

Les protégés de l'entraîneur Alexandre Kénol ont tout raflé sur leur passage en signant 33 victoires en autant de sorties. Grâce au doublé de Laurie Cousineau, les Maraudeurs ont défendu leur titre de championnes provinciales avec brio, battant l'école secondaire De Mortagne 3 à 2, en prolongation, en finale.

Laurie avait créé l'égalité avec moins de deux minutes à compléter à la partie, forçant la prolongation.

«Je savais que nous avions une bonne équipe. Même si nous avons tout gagné, nous avons eu des hauts et des bas durant toute la saison», a indiqué le mentor.

Laurie Cousineau, récipiendaire du ballon d'or dans la Ligue de soccer élite du Québec (LSÉQ) avec Fabrose, s'est avérée la bougie d'allumage pour les Maraudeurs. Elle a

également inscrit le filet vainqueur contre l'école secondaire François-Bourrin dans un gain de 5 à 4 en prolongation, en demi-finale.

Un bon test

Avec le retour de trois joueuses, Laurie Cousineau, Katheline Marceus et Camille Bélisle, M. Kénol s'attendait à connaître beaucoup de succès en 2013-14.

«Le plus difficile est de pouvoir garder les filles les deux pieds sur terre. Quand tu gagnes, tu peux te sentir imbattables. C'est là que ça peut devenir dangereux», a précisé l'entraîneur.

Après avoir mené par la marque de 2 à 0 face à la formation senior de Mascouche lors d'une partie préparatoire au début de la saison, les Maraudeurs ont baissé pavillon 3 à 2.

«Ce fut un bon premier test. C’est à partir de ce moment que nous avons pris conscience d’une petite faille dans notre équipe, soit la force psychologique lorsque la pression monte. Nous nous sommes donc mis à travailler sur cet aspect», a avoué M. Kénol.

«Nous étions l'équipe à battre. Les filles ont démontré qu’elles étaient fortes mentalement. Elles ont pu conserver un degré de compétitivité au plus haut niveau tout au long de l’année, et ce, jusqu’à gagner les deux dernières parties en prolongation, alors que la pression était à son comble. Ce groupe de jeunes athlètes a réalisé tout un exploit», a-t-il conclu.