Le Club de taekwondo célèbre son quart de siècle

Sylvain Lamarre sylvain.lamarre@tc.tc
Publié le 4 novembre 2016

La famille Morrissette: l'âme du taekwondo à Laval. Benoit, Michelle, Gilles et Luc, président du Club. Absent sur la photo Martial.

©Mario Beauregard

LAVAL. Le Club de taekwondo Laval fête ses 25 ans.

Qui dit taekwondo à Laval, dit la famille Morrissette. Celle-ci est l’âme du club sportif lavallois. Gilles et son épouse Michelle Morrissette l’ont fondé en 1991, car il n’y avait pas de club de taekwondo sur le territoire. À l’époque, seulement 45 personnes s’étaient inscrites.

«Nous étions trois frères, Luc, Martial et moi, qui adoraient ce sport et nous nous entraînions près de notre chalet à Saint-Calixte, précise Benoit Morrissette. C’était beaucoup trop loin, 130 kilomètres aller-retour. Mes parents voulaient se rapprocher de la maison familiale et ils ont fondé le club.»

«Nous avons entrepris des démarches avec la Ville et maître Chong Lee. Ce ne fut pas facile, car nous devions être des entraîneurs avec des ceintures noires pour avoir une école», a poursuivi le directeur technique.

Début à Marc-Aurèle-Fortin

Benoit se souvient de ses premiers cours au dojang situé à l'école Marc-Aurèle-Fortin, à Fabreville, en 1991, avec les entraîneurs Alphonse Nguyen, Anne-Marie Racicot, Pouvian Meccassine, Stéphane Livernoche, Ernesto Belmonte et Nancy Leblanc.

Quatre ans plus tard, le club a ouvert un deuxième local à l'école Le Sentier, à Vimont, avant de le transférer à l'école Charles-Bruneau, dans Auteuil (1998).

Après avoir passé 23 ans à l'école Marc-Aurèle-Fortin, le club de Fabreville a déménagé ses pénates dans de nouveaux locaux, à l'école Des Cèdres.

Au-delà des médailles et ceintures

«J'ai été entraîneur un peu partout dans le monde. Nos athlètes ont bien fait partout, mais la chose que je suis le plus fier est sans aucun doute le nombre de jeunes qui ont préféré faire un sport  plutôt que de se retrouver à la rue. Ils ont pu vivre une belle enfance», affirme celui qui a amorcé sa carrière d'entraîneur en 1994, un peu plus tôt que prévu, en raison d'une blessure qui a mis un terme à sa carrière d'athlète

Benoit Morrissette et ses collègues entraîneurs veulent transmettre des valeurs aux jeunes. «La persévérance est primordiale. Les jeunes abandonnent facilement dès qu'ils trouvent quelque chose difficile. Ils feront la même chose quand ils trouveront un emploi et qu'il y aura des difficultés. On ne veut pas cela», insiste-t-il.

«Le travail aussi est important. Il faut travailler fort», enchaîne-t-il.

Toujours selon le directeur technique, le taekwondo apporte la discipline, le respect et aussi la confiance en soi. «Ce sont tous des éléments qui font de nos athlètes de meilleures personnes», jure-t-il.

Former les entraîneurs

En 1996, le club a décidé de former ses propres entraîneurs. Les dirigeants se bombent le torse quand il est question de ses entraîneurs et des 133 personnes qui ont obtenu la ceinture tant convoitée, la noire.

«C’est une grande joie de voir la progression des jeunes. Ça me rend fière toutes ses ceintures noires», reconnaît Michelle Morrissette.

Le Club de taekwondo Laval compte près de 225 adhérents et huit maîtres. Ils s’entraînent aux dojangs de Fabreville et Auteuil-Vimont. «Je ne pensais jamais que nous aurions connu ce tel succès aussi longtemps. Notre philosophie est le contrôle et la confiance en soi. Nous insistons sur la bonne condition physique et le respect», ajoute Mme Morrissette.

Jeux olympiques

Les dirigeants rêvent aux Jeux olympiques. Ils aimeraient bien qu’un de leur athlète puisse un jour y participer. Gisem Camkiran a amorcé un cycle de quatre ans. Elle pourrait représenter le Canada aux Jeux de Tokyo, en 2020.  

En deuil

Le moment le plus tragique des 25 ans du Club fut sans conteste le décès de l'entraîneur Richard Cloutier dans un accident de la route, le 18 septembre.

«J'ai encore de la difficulté à l'accepter, affirme Benoit Morrissette la gorge serrée. Nous nous sommes entourés de psychologues sportifs. Tout le monde a été affecté au club.»

«Ce soir-là, nous avions des inscriptions, nous avons expliqué aux gens la situation que nous vivions et ils ont été compréhensifs», termine-t-il.

 

Club de taekwondo Laval en chiffres

8 maîtres

133 ceintures noires

60 arbitres provinciaux

6 arbitres nationaux

19 champions canadiens

Lire autre texte: De grands athlètes ont marqué l'histoire du taekwondo.