Alvarez terrasse Bute au 5e round


Publié le 25 février 2017

Lucian Bute s'est retrouvé au tapis.

©THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot

BOXE. (La Presse canadienne) Eleider Alvarez a conservé sa position d'aspirant obligatoire des mi-lourds du World Boxing Council (WBC) en terrassant Lucian Bute au cinquième round.

Alvarez (22-0, 11 K.-O.) a d'abord lancé trois coups au corps de Bute (32-4-1, 25 K.-O.) afin de lui faire baisser sa garde avant de le toucher clairement d'un crochet de droite, qui est passé au-dessus de la garde du Montréalais d'origine roumaine. Un deuxième crochet est venu finir le travail, au grand plaisir des 7842 spectateurs réunis au Centre Vidéotron.

Bute n'a jamais été en mesure de s'en remettre et l'arbitre Marlon B. Wright a signalé la fin des hostilités à 2:22 du cinquième assaut.

«La première fois que j'ai réussi cette combinaison, c'est contre (Danny) McIntosh (en 2012), a expliqué Alvarez. Après cela, elle a moins fonctionné, car je travaillais à longue distance. J'ai commencé à courte distance, et c'est la deuxième fois que ça fonctionne. La première fois, c'était contre (Anatoliy) Dudchenko, à Chicago.»

«Nous avons dit avant le combat qu'Eleider avait besoin de livrer une grande performance ce soir, il l'a fait», a souligné Yvon Michel, le promoteur du boxeur d'origine colombienne.

«C'est ma plus belle victoire depuis la médaille d'or que j'ai remportée aux Jeux panaméricains de 2007, a ajouté Alvarez. C'était aussi la dernière fois où j'avais entendu l'hymne national de la Colombie.»

Satisfaction

Pour Marc Ramsay, l'entraîneur d'Alvarez, cette victoire lui permet de s'approcher un peu plus d'une promesse qu'il a faite à son boxeur au moment de le convaincre de venir travailler avec lui, en 2009.«Une des raisons pour lesquelles il est venu s'installer ici, car il avait beaucoup d'offres sur la table, c'est que je lui ai dit qu'il allait livrer un combat de championnat du monde. On n'est pas loin de notre promesse maintenant.»

Maintenant, Alvarez, qui conserve aussi sa ceinture d'argent du WBC avec cette victoire, devrait normalement affronter Adonis Stevenson en combat de championnat à son prochain duel, d'ici la fin de 2017. C'était également ce qu'il devait faire après avoir vaincu Isaac Chilemba en novembre 2015, devenant ainsi l'aspirant obligatoire au titre détenu par Stevenson. Peu importe les raisons invoquées, ce combat n'a jamais eu lieu.

Cette fois, Michel a promis que ce serait différent.

«Le prochain combat de Stevenson aura lieu le 29 avril, à New York. Le suivant, ce sera contre Eleider, le plus rapidement possible, dès qu'on a une date de télévision, a noté le président de GYM. Si jamais Adonis ne conservait pas sa ceinture, celui qui le battra devra livrer son prochain combat contre Eleider.»Ce à quoi le Colombien a répliqué en demandant à Yvon de signer un contrat dans le roc!

Bute abattu

Quant à Bute, la suite des choses est dorénavant nébuleuse après avoir subi quatre revers et livré une nulle à ses sept derniers combats.

«Je vais prendre une longue pause; j'en ai besoin, a-t-il noté en conférence de presse. J'aurai ensuite une réunion avec toute mon équipe afin d'envisager mon avenir. Pour l'instant, j'ai envie de continuer.»

«Je lui conseillerais de prendre une bonne pause et de bien y penser», a pour sa part indiqué Michel, qui a dit avoir été déchiré au cours des derniers mois.

Bute, champion de l'International Boxing Federation (IBF) des moyens de 2007 à 2012 et aspirant no 6 du WBC, n'a pas vu venir le coup.

«C'est la boxe, a-t-il philosophé. Je pense avoir fait un bon combat, mais il m'a surpris avec un coup de poing. (...) Chapeau, il a mérité cette victoire.»

Les deux hommes s'étaient livré un combat très serré jusque-là, connaissant tous deux de bons moments. Deux des trois juges avaient Bute en avance 39-37 après quatre, le troisième avait une carte de 38-38, tout comme La Presse canadienne.

Celui qui aura 37 ans dans trois jours — et qui attend la venue de la cigogne pour une première fois en avril — a refusé de dire si un plus jeune Lucian Bute aurait vu venir ce crochet.

«On parle de ce qui vient de se passer maintenant, pas de ce qui se serait passé il y a 10-12 ans.»