Sections

Marie-Ève Dicaire demeure parfaite

Publié le 20 juin 2017

Marie-Ève Dicaire a remporté sa 8e victoire le 15 juin au Casino de Montréal.

©Photo gracieuseté GYM – Ariane Théberge

BOXE. Marie-Ève Dicaire a remporté sa huitième victoire par décision unanime des juges contre la Mexicaine Alejandra Ayala en finale du gala de boxe de la série Chrono Aviation du Groupe Yvon Michel (GYM), le 15 juin au Casino de Montréal.

L'athlète de 30 ans, propriétaire du Centre Sufunki de Laval, conserve ainsi sa fiche parfaite depuis ses débuts dans la boxe professionnelle en 2015. Dicaire a une fois de plus vaincu son adversaire qui s'est avérée particulièrement coriace, l'agrippant par la tête à quelques reprises. Des manœuvres qui ne l'ont toutefois pas déstabilisée, sachant comme gauchère qu'elle avait affaire à une droitière. Les nombreuses frappes au corps assenées à sa rivale lui ont finalement valu la victoire.

«L'important, c'est toujours de regarder ma progression et la façon dont je vais gagner. J'ai travaillé beaucoup au niveau de mes esquives et de ma réaction. Je regardais ce qu'elle allait m'offrir comme ouverture pour essayer de capitaliser là-dessus», a expliqué la résidente de Saint-Eustache à sa sortie du ring. Une victoire qui s'est avérée satisfaisante, car la seule chose qu'elle compte effacer du combat, c'est la «petite prune» qui est apparue au-dessus de son œil droit!

Une première

Lors de son dernier combat en février, Dicaire est devenue la première femme à participer à une finale de boxe professionnelle au Québec. Elle avait offert sa meilleure prestation en carrière, alors qu'elle avait envoyé sa rivale au tapis avec un solide crochet à la tête.

Malgré les victoires qu'elle a enchaînées sans aucune défaite, elle n'a pas encore réussi à battre une adversaire par mise hors de combat. Une situation à laquelle elle compte remédier. «Je ne cherche pas le K.-O. Il faut se rappeler que les femmes, ça dure deux minutes intenses, donc on a moins de temps [pour se fatiguer]. Mais un jour, je vais l'avoir», justifie-t-elle.

Par ailleurs, la boxeuse n'a l'intention de prendre des vacances cet été et compte revenir dans l'arène rapidement. «Quatre mois de pause, c'était trop long. J'avais tellement hâte de recommencer, mais on m'avait mise au repos forcé. Le prochain combat sera dans deux ou trois mois maximum, parce que je suis prête à recommencer là», soutient-elle.

De nombreuses médailles

Celle qui aime bien se qualifier de «Ninja» évolue dans le milieu de la boxe depuis l'âge de 24 ans. Elle a été couronnée championne mondiale au Ringside World Championship de boxe en 2012. Elle pratique toutefois les arts martiaux depuis l'âge de sept ans. Ceinture noire en karaté, elle compte également à son actif cinq médailles d’or, quatre d’argent et deux de bronze aux Championnats mondiaux de karaté. Elle a aussi remporté pas moins de 18 Championnats canadiens.

Marie-Ève Dicaire, qui aspire à se rendre au championnat du monde, mène aussi un autre combat: celui de changer l'image des femmes dans les sports de combat. «On m'a déjà dit "hey, t'as pas l'air d'une boxeuse". Ok, mais ç'est censé avoir l'air de quoi une boxeuse? Moi, je pense que je suis une femme de contraste dans la vie. Quand je suis dans le ring, je peux être dure de mon corps mais au quotidien, j'aime mettre des robes et me coiffer», avait-elle confié à l'émission <@Ri>Banc public<@Ri> à Télé-Québec.

(Texte de Josianne Desjardins)