Défaite et victoire collectives

Publié le 13 octobre 2016

De la bouche même de leur entraîneur, Laval-Montréal aura perdu et gagné les matchs du dernier week-end, en équipe.

©Photo TC Media - Vincent Graton

HOCKEY. Le Rousseau-Royal de Laval-Montréal a connu des résultats extrêmes, le week-end dernier, remportant par un point le match contre les Estacades de Trois-Rivières après s'être incliné 9 à 1 contre les Lions de Lac Saint-Louis.

La victoire dominicale de Laval-Montréal s'explique en grande partie par la solidité du gardien Alexis Shank qui a stoppé 35 des 36 tirs en sa direction, ce qui lui a d'ailleurs valu la première étoile du match.

Dans ce gain de 2 à 1 contre les Estacades, le Rousseau-Royal a ouvert la marque en première période grâce au lancer de Samy Rousseau, son cinquième but de la saison, sur des passes d'Olivier Desroches et Samuel Guimond.

C'est au troisième tiers que l'adversaire a créé l'égalité. Rapidement, soit 19 secondes plus tard, Davide Longo a inscrit son quatrième but de la saison, avec l'aide de Marc-André Brouillette et Darick Louis-Jean.

«On s'attendait à ce genre de match parce que Trois-Rivières a un système de jeu et une défensive qui ne permettent pas de réaliser beaucoup de buts, convient André Wilsey, entraîneur en chef du Rousseau-Royal. Nous ne sommes pas une équipe qui marque à profusion non plus.»

Échec et mat

En l'absence de ses gardiens réguliers partis rejoindre leur équipe junior respective, Laval-Montréal a plié l'échine devant la forte offensive de Lac St-Louis, le vendredi 7 octobre. Après une première période sans point, les visiteurs ont marqué deux fois en moins de trois minutes avant que les hommes de Wilsey ne s'inscrivent au tableau avec un tir d'Ellis Salgado, appuyé du capitaine Kevin Lisio et Fabian Capparelli.

L'adversaire a répliqué avec 2 autres points en 13 secondes, dont 1 en avantage numérique. «Nous avons essayé de garder le point de mire sur la victoire, mais nos gardiens ont été intimidés par le changement de vitesse de jeu», explique l'entraîneur.

Emmanuel Clark et Fabio Iacobo se sont partagé les devants du filet à leur premier match avec le Rousseau-Royal. «Un dur baptême», aux dires de Wilsey.

Le troisième vingt a permis à Lac St-Louis de clouer tous les clous du cercueil de l'équipe de Laval-Montréal avec cinq autres buts. Ce n'est pas l'inconduite qui a fait mal à l'équipe. «Nous avons laissé aller la partie. Nous avons perdu en équipe comme on s'est présentés en équipe dimanche. C'est un effort collectif», conclut-il.

(Texte de Josianne Haspeck)