L’espoir d’être remarqués par des entraîneurs européens

Karim Alayass et Léo Fugulin-Langevin font partie des 40 joueurs du Club de soccer de Chomedey qui iront faire un stage en France, du 27 mars au 6 avril.

Ronald Thevenin, président du Club de Soccer Chomedey.

SOCCER. Pour une première année, une délégation de 40 jeunes du Club de soccer Chomedey ira suivre un stage au Centre Technique Bretagne Henri Guérin, en France, du 27 mars au 6 avril.

Publicité

L’expérience sera désormais répétée chaque année pour les adolescents de 15 à 16 ans des catégories U15-AAA et U16-AAA. En effet, une entente renouvelable de cinq ans a été récemment signée avec ce centre pluridisciplinaire breton qui, lit-on sur son site Internet, possède un «rayonnement national et international».

«Nous allons faire ce voyage pour que les entraîneurs là-bas puissent amener nos jeunes au plus haut niveau», explique Ronald Thevenin, président du Club de soccer Chomedey.

Les entraîneurs lavallois, de même que le président, auront aussi accès à des formations pour un échange d’expertise et de connaissances.

«Nous avons des entraîneurs qui partent en France pour faire une formation et ceux de là-bas viendront au Canada», ajoute-t-il.

Dans le cadre de ces ententes, des matchs internationaux seront également prévus. L’objectif à long terme est que des jeunes de Chomedey puissent un jour se rallier aux plus grandes équipes de soccer européennes.

Créer des contacts

Le but initial pour ces jeunes était de partir en France pour une période d’entraînement avant que la saison commence, à la mi-avril.

Mais l’espoir de se faire voir par des entraîneurs européens est devenu la motivation première pour certains joueurs.

«Les opportunités sont infinies en allant là-bas, reconnaît Léo Fugulin-Langevin, 14 ans. Il y a des gens qui peuvent nous repérer et c’est l’occasion de se créer des contacts.»

Quant à Karim Alayass, 15 ans, il consacre plusieurs heures par semaine à son sport en vue de ce stage international.

«On est les premiers à ouvrir la porte pour ce voyage et on s’est préparés très fort et longtemps pour cela», indique celui qui fait partie du Club depuis qu’il est tout jeune.

«On a fait des entraînements à part et on s’en va dans ce centre-là pour enrichir nos connaissances techniques et professionnelles, indique Léo, qui fait partie d’un programme sport-études au Collège Stanislas, à Montréal. C’est excellent pour nous, afin d’avoir des exemples.»

Souper-bénéfice

Le Club de soccer Chomedey tiendra également un souper-bénéfice le 17 avril où le nouveau logo sera dévoilé, de même que les uniformes de cette année.

«Il y aura de l’animation et des artistes se sont portés volontaires pour animer nos soirées sur trois ans», dévoile le président.

Plusieurs performances auront lieu en passant de l’humour aux percussions à la danse. Ali Gerba, un joueur professionnel du soccer sera sur place pour discuter avec les participants.

Filles et jeunes de familles défavorisées

Le Club, qui existe depuis 1989 et compte environ 2000 inscriptions par année, encourage fortement les filles à joindre ses rangs. Un manque de jeunes joueuses est observé à Chomedey et l’organisation veut redoubler d’efforts cette année pour tenter d’en recruter.

«On va profiter de ce tremplin, qui est la Coupe du monde féminine de la FIFA 2015, pour offrir aux jeunes filles du quartier un rabais sur les frais d’inscription», dévoile Ronald Thevenin.

Aussi, depuis plusieurs années, le Club recrute des jeunes de familles défavorisées, afin de rendre le soccer accessible au plus grand nombre de personnes. Il leur donne un premier rabais à l’inscription en fonction du revenu annuel des parents et grâce aux commandites, un montant supplémentaire est retranché de la facture.

«Nous ne voulons pas que l’aspect financier soit une barrière à l’épanouissement, le développement et l’émancipation des enfants à Chomedey», soutient M. Thevenin.

Information sur le souper-bénéfice du 17 avril: www.soccerchomedey.ca/news/id/69

 

Publicité

À lire aussi