Un match amical attendu avec l'équipe de France féminine de la Coupe du monde à Laval

Rudy Doliscat, Valérie Sanderson, Émilie Filion, Amandine Pierre-Louis et Martial Prud'homme (président  Fédération québécoise de soccer).

Éric Leroy

SOCCER. De la grande visite est attendue au Complexe sportif Bois-de-Boulogne de Laval le mercredi 3 juin, à 14h, alors que la formation féminine de France de la Coupe du monde affrontera l’Équipe du Québec senior dans un match amical.

Publicité

Les amateurs du ballon rond pourront assister gratuitement à cette partie et voir quelques-unes des meilleures joueuses au monde. «Il s’agira pour les Françaises d’une occasion de se préparer pour la Coupe du monde. J'espère que nous ferons bonne figure», a lancé l'entraîneur du Québec, Rudy Doliscat, qui pourra compter sur Gabrielle Carle, Marie Levasseur, Amandine Pierre-Louis, Émilie Filion, Valérie Sanderson, Marike Saint-Pierre Mousset et Bianca St-Georges.

L’alignement complet de l’Équipe du Québec sera dévoilé sous peu. Les joueuses participeront à un premier entraînement le 2 juin. «J'ai une bonne idée de mes partantes, mais j'en aurai encore une meilleure au terme de la pratique», assure Doliscat.

«C'est important de faire ce genre de match, car cela permet aux filles de jouer et toucher à un haut niveau. J'ai beau leur parler de la vitesse, de l'exécution, mais elles doivent avoir un engagement autant physique que mental. Pour ces joueuses talentueuses du Québec, c'est impossible de faire le lien, car elles ne jouent pas à ce haut niveau de jeu. Là, elles pourront le faire», ajoute le mentor.

Les trois porte-couleurs des Comètes de Laval, Amandine, Émilie et Valérie, ont assisté à la conférence de presse, cet après-midi, au Complexe sportif Bois-de-Boulogne. Elles aimeraient être des partantes.

«La compétition sera féroce. C'est une belle chance de jouer à ce haut niveau Je suis excitée d'affronter ces joueuses de grandes qualités», admet Amandine, 20 ans.

Valérie, 20 ans, a déjà affronté l'équipe de France U1, en 2013. «J'ai hâte de vivre cette expérience internationale. Je crois en mes chances d'être partante.»

Émilie, 25 ans, revient d'Allemagne où elle a terminé sa saison en division1. «Les Françaises sont bonnes et très rapides. Pour les filles, ce sera magique de jouer contre des joueuses de ce calibre. Au début, on sera peut-être intimidées, mais on voudra bien paraître, alors on va en donne plus.»

Partenariat France-Québec

Le directeur technique de la Fédération de soccer du Québec, Éric Leroy, a multiplié les démarches au cours des dernières années avec François Blaquart, de la fédération française. D'ailleurs, un partenariat unit les deux organismes sportifs depuis 2008 qui a convenu que l’équipe de France bénéficiera des locaux et installations de la Fédération de soccer du Québec dans les prochains jours avant de s’attaquer aux meilleures équipes du monde.

Entraînements à Laval

Dès le 31 mai, les joueuses de l'équipe de France participeront à quatre entraînements publics en prévision de la Coupe du monde de la FIFA, Canada 2015 à Laval, avant de se rendre à Moncton, où elles disputeront leurs premiers matchs.

Depuis 2009, la France fait partie des meilleures nations en football féminin. «On les compte même parmi les favorites pour remporter le titre mondial», mentionne M. Leroy.

La France avait terminé au pied du podium à la Coupe du monde de la FIFA en Allemagne, en 2011, ainsi qu’aux Jeux Olympiques de Londres, en 2012. Cette année, elles ont triomphé à quatre reprises en cinq matchs internationaux, battant même les Américaines.

L’entraîneur, Philippe Bergeroo, pourra compter sur les expérimentées Camille Abily, Louise Necib, Eugénie Le Sommer, Gaëtane Thiney et aussi sur les nouvelles jeunes comme Claire Lavogez, Kadidiatou Diani et Griedge Mbock Bathy, qui ont participé l’année dernière à la Coupe du monde de la FIFA U20.

Horaire des entraînements

Dim. 31 mai 16h30 à 18h

Lun. 1er juin 10h à 11h30

Mar. 2 juin 16h à 17h30

Jeu. 4 juin 15h à 16h30

Réservations des places: www.federation-soccer.qc.ca/boutique/
Publicité

À lire aussi