Washington et Colorado en finale du Final four

Déception dans le camp des Comètes

 

Ally Watt (7), du Colorado, a démontré son talent à l'attaque.

Rachelle Beanlands a eu une soirée occupée face au Pride du Colorado.

SOCCER. La logique est respectée. Le Spirit de Washington et le Pride du Colorado disputeront la grande finale du Final four de la W-League le dimanche 26 juillet, à 14h30, au stade Desjardins du Complexe sportif Bois-de-Boulogne, à Laval.

Publicité

Le Spirit de Washington a atteint la finale en blanchissant le Dynamo de Québec 1 à 0 lors de la première demi-finale.

Yannaro Aedo a inscrit l'unique but sur une passe d'Amber Stobbs à la 39<+>e<+> minute de jeu.

La gardienne de but Marie-Joëlle Vandal a été expulsée de la rencontre après avoir obtenu un carton rouge à la 76e<+>e<+> minute. Elle ne jouera donc pas la finale consolation face aux Comètes de Laval prévue à 12h30, le 26 juillet.

Les Comètes s'écroulent

La puissante machine offensive du Pride du Colorado a lessivé les Comètes de Laval 4 à 0 lors de la deuxième demi-finale. Les Lavalloises n'ont jamais été dans le coup.

Le Pride a pris les commandes de la rencontre dès la première minute de jeu sur un tir à bout portant de Darcy Jerman. Toutefois, la gardienne des Comètes Rachelle Beanlands a fermé la porte.

Par la suite, les Américaines ont bourdonné dans le territoire des Lavalloises durant toute la première demie. Ally Watt (6<+>e<+>) a rapidement fait taire la foule partisane de 400 spectateurs en comptant le premier filet des visiteuses.

Darcy Jerman (31<+>e<+>) et Tara Andrews (45<+>e<+>) ont trompé la vigilance de Beanlands pour entrer au vestiaire avec une confortable avance de 3 à 0 au terme de la première demie. Andrews a repris son retour sur un tir de penalty pour loger le ballon derrière Beanlands, qui n'a rien à se reprocher dans la défaite. Elle a reçu 17 tirs.

Beanlands a cafouillé une seule fois quand il y a eu mésentente avec sa coéquipière Marie-Ève O'Breham qui a compté dans son propre but.

Attaque timide

Les partisans des Comètes n'ont pas eu beaucoup de moments de se réjouir. Valérie Sanderson, qui a embarqué à la 39<+>e<+> minute de jeu, a obtenu la seule chance de marquer pour les Lavalloises en se présentant seule devant Britt Eckerstrom.

En fin de match, Alexis Martel-Lamothe a bien failli soulever la foule et compté un but, mais Maryse Bard-Martel a fait l'arrêt. Maryse, gardienne substitut du Colorado, a déjà porté les couleurs des Comètes. Elle a reçu un vibrant accueil quand son entraîneur l'a envoyée dans la mêlée à la 66<+>e<+> minute pour remplacer Britt Eckerstrom qui a eu une soirée tranquille.

«L'autre équipe était meilleure que nous. Nous n'avons pas réussi à atteindre les objectifs que nous nous étions fixés. Nous étions deuxièmes sur le ballon. On ratait des passes et on a commis des erreurs en défensive qui a ouvert la porte au Pride», analyse Cindy Walsh.

«Je suis fière de mes filles, car elles n'ont jamais abandonné même si le pointage était 4 à 0. Elles se sont bien battues. Nous avons affronté une équipe d'expérience, qui compte des filles d'Australie et d'Allemagne», ajoute-t-elle.

Troisième rang dans la mire

Laval aura rendez-vous avec le Dynamo de Québec en finale consolation et les Comètes voudront faire oublier ce cuisant revers. «Nous devons oublier ce match rapidement et nous concentrer pour battre Québec dimanche. Ce sera une bonne partie et je crois que nous allons rebondir. Certaines filles vont sans doute avoir de la difficulté à dormir ce soir et elles vont vouloir se racheter en finale consolation», termine Walsh.

Des honneurs

Dans le cadre du 10e anniversaire des Comètes, le député de Laval-des-Rapides Saul Polo, David De Cotis, vice-président du comité exécutif de la ville, et le président des Comètes, Pierre Marchand, ont procédé à une mise au jeu protocolaire avant la rencontre des Comètes face au Pride.

La direction des Comètes a honoré des joueuses et entraîneurs ayant porté les couleurs de la formation lavalloise durant au moins cinq campagnes en leur remettant un bracelet Fitbit Flex. Il s'agit d'Anne-Marie Lapalme, Véronique Laverdière, Vanessa Legault-Cordisco, Katrin Acton, Catherine Charron-Delage. Lionel Joseph et Cindy Walsh.

53 000 spectateurs

Une semaine auparavant, le Pride du Colorado avait surpris les Sounders de Seattle en éliminant pour ainsi atteindre le carré d'as devant une foule impressionnante de 53 000 spectateurs massés dans les gradins du domicile des Seahawks de Seattle, la formation de la NFL.

Autres textes à lire: Washington surprend Colorado en finale de la W-League.

Les Comètes terminent troisièmes.

Publicité

À lire aussi