Immeubles Val-Martin: la grande revitalisation s’amorce

Stéphane St-Amour stephane.st-amour@tc.tc
Publié le 26 février 2015
En date du 21 janvier, le parc immobilier Val-Martin comptait pas moins de 254 logements vacants pour cause d'insalubrité.
Photo TC Media - Mario Beauregard

REDÉVELOPPEMENT. Un premier jalon a été posé dans la foulée d’une vaste démarche de revitalisation d’un des secteurs les plus défavorisés de l’île Jésus.

Le terrain de l’école désaffectée Monseigneur-Laval, située au 1015, boulevard Pie-X, à Chomedey, vient d’être transféré à l’Office municipal d’habitation (OMH) de Laval, qui doit y construire 67 nouveaux logements sociaux et abordables.

À cet égard, explique son directeur général, André Dénommé, l'OMH est en attente d'une «réservation d'unités» auprès de la Société d'habitation du Québec (SHQ).

Dans le meilleur des mondes, le futur immeuble, qui bénéficiera du Programme Accès-Logis, serait livré en 2017 et accueillerait des locataires des Immeubles Val-Martin aux prises avec de sérieux problèmes d’insalubrité.

Changement de zonage

Après avoir cédé à l’OMH, en début d'année, ce terrain de quelque 40 000 pieds, qu’elle avait acquis 7 ans plus tôt de la Commission scolaire de Laval (CSDL) au coût de 660 000 $, la Ville en a modifié le zonage.

Si bien qu'aujourd'hui, la table est mise pour y accueillir des habitations unifamiliale, bi-familiale, tri-familiale et multifamiliale. Les usages mixtes «résidentiel-commercial» y sont également désormais autorisés en bordure est du boulevard Pie-X, entre les rues Saint-Louis et Honoré-Mercier.

Pétition

Ce changement de zonage, s'inscrivant dans une démarche de regénération du secteur, ne semble toutefois pas faire que des heureux.

Au dernier conseil municipal, Nicole Prévost a déposé une pétition signée par 109 citoyens du quartier Souvenir-Labelle, opposés à la conversion de l'école en un immeuble d'habitation, dont ils questionnent le gabarit de 4 étages.

Elle a aussi déploré un manque de transparence dans le processus consultatif mené par la Ville, laissant entendre que les citoyens se voyaient aujourd'hui mis devant le fait accompli.

«Comment se fait-il que le curé ni les marguillers ni personne ne soit au courant d'un projet [aussi] majeur qui se fait à côté de chez-nous?» a-t-elle questionné.

Vérification faite, la Ville avait expédié une lettre à 60 familles vivant au pourtour du site ciblé par le changement de zonage, les informant d'une séance d'information le 22 janvier à l'hôtel de ville, soutient Nicholas Borne, conseiller municipal et président de la Commission sur le logement social. Le soir de l'assemblée, trois personnes s'étaient déplacées.

Cela dit, les modifications à apporter à un Programme particulier d'urbanisme (PPU), comme dans le cas qui nous concerne, ne sont pas soumises à l'approbation référendaire. Voilà la raison pour laquelle les gens avaient été conviés non pas à une assemblée de consultation de zonage, mais bien à une soirée d'information.

Enjeu

Interpellé par Mme Prévost, le maire lui a rappelé l'enjeu de cette démarche initiée par la Ville et l'importance d'agir rapidement, alors que la santé de centaines de familles est menacée.

Construits au milieu du dernier siècle, il y a 60 ans, les Immeubles Val-Martin, propriété de la SHQ, se trouvent dans un état de décrépitude avancé, plusieurs appartements étant contaminés par des champignons, et ce, depuis de nombreuses années.

La situation est telle qu'en date du 21 janvier, pas moins de 254 logements bien comptés étaient vacants. Cela représente près de 50 % des logements sociaux de cet ensemble immobilier occupant 17 hectares, soit l'équivalent de 23 terrains de football au cœur même de Chomedey.

348 nouveaux logements

Les 67 logements projetés sur le site de l'école abandonnée portent à 348 le nombre de nouvelles unités dans le quadrilatère délimité au sud par le boulevard Perron, au nord par la rue Brien, à l'est par la rue Honoré-Mercier et à l'ouest par la rue Vincent-Massey.

Rappelons qu'en 2012, un immeuble de 5 étages et 73 logements, fraîchement construit au coût de 42 M$ sur la 80e Avenue, au quadrant sud-est des boulevard Notre-Dame et Chomedey, avait permis de déplacer un grand nombre de personnes âgées de 65 ans et plus.

Puis, en décembre 2013, la SHQ annonçait une éventuelle construction de 208 logements dans le secteur avoisinant le boulevard Notre-Dame, là où le taux d'inoccupation des Immeubles Val-Martin est le plus criant.

À ce sujet, Nathalie Lavoie, du Service de l'urbanisme, souligne que les citoyens et organismes du quartier seront consultés quant à la localisation des futurs bâtiments.

La Ville voit grand

Prévue au Programme triennal d'investissement (PTI) de la Ville, une somme de 30 M$ financera la construction du pôle communautaire, l'aménagement de parcs, d'espaces verts, de jardins communautaires, de passages piétonniers de même que le réaménagement de rues et d'infrastructures municipales. Voilà pour le scénario à court terme.

Toutefois, sur un horizon de 10 ans, les investissements en termes de densification de l'habitat et de diversification de l'offre de logements pourraient s'élèver à quelque 400 M$, selon le directeur général de la Ville, Serge Lamontagne.

À ce propos, la Ville est en discussion avec la SCHL et la SHQ pour établir un plan de match dans le cadre du redéploiement du secteur élargi de Val-Martin, à la faveur d'un quartier écoresponsable, viable économiquement.

Dans un tel contexte, le prolongement du métro jusqu'au boulevard Notre-Dame «revêt tout son sens», s'enthousiasmait le DG de la Ville lors d'une allocution prononcée, l'automne dernier, devant la Chambre de commerce et d'industrie de Laval.