Les retombées insoupçonnées de la Place Bell

Stéphane St-Amour stephane.st-amour@tc.tc
Publié le 21 octobre 2016

L'inauguration de la Place Bell est prévue en septembre 2017.

©Photo TC Media – Archives (Mario Beauregard)

CENTRE-VILLE. Dix ans après l'inauguration de la station de métro Montmorency, le centre-ville qui manquait cruellement à la troisième ville en importance au Québec prend soudainement forme avec l'ouverture prochaine du complexe multifonctionnel culturel et sportif construit au coût de 200 M$.

«Ça crée beaucoup d'effervescence et de dynamisme», se réjouit le maire Marc Demers, qui reconnaît le pouvoir d'attraction de cet équipement identitaire.

Investissements

En l'espace d'à peine deux ans, le secteur privé a annoncé deux projets totalisant 700 M$ dans ce secteur hautement stratégique avoisinant l'amphithéâtre de la Place Bell.

Urbania a déjà mis en chantier sa phase 2 qui, à terme, abritera 1150 copropriétés réparties en 6 tours, dont 2 gratte-ciel de 28 et 32 étages.

Puis, l'automne dernier, on dévoilait les plans d'un colossal complexe commercial et d'affaires, incluant un hôtel, qui culminera à une hauteur de 20 étages. D'ici 5 ans, on prévoit y accueillir pas moins de 3500 travailleurs.

Pour soutenir cet engouement suscité auprès des promoteurs, l'administration Demers vient d'ailleurs d'annoncer des travaux de 25 M$ visant à verdir et faciliter l'accès à ce centre-ville que l'on veut à échelle humaine.

Dans cette foulée, le réaménagement de la sortie autoroutière va libérer un terrain de 1,7 hectare qui va profiter au développement et contribuer à augmenter l'assiette fiscale municipale, rappelle au passage le maire Demers.

Par ailleurs, l'aménagement d'une place publique pouvant accueillir jusqu'à 10 000 personnes lors de manifestations culturelles est «drôlement intéressant pour ceux qui vont y résider ou travailler», fait également valoir Marc Demers.

Fort achalandage

Le déménagement à Laval du club-école des Canadiens de Montréal assurera la présentation d'au moins 40 matchs d'hockey par saison. «C'est l'équivalent d'une centaine d'emplois», indique le maire, dont la ville gagnera en visibilité médiatique positive.

Selon une étude menée par evenko, propriétaire de l'équipe, exploitant de l'amphithéâtre et le plus important promoteur de l’industrie du divertissement au Canada, la présence du Rocket de la Ligue américaine de hockey et la soixantaine de spectacles qui tiendront annuellement l'affiche de la Place Bell devraient générer 5 M$ en retombées fiscales par année dans les coffres des gouvernements supérieurs.

Regroupant également une glace communautaire qu'occuperont les Lavallois sept jours sur sept et une autre de dimension olympique, l'amphithéâtre permettra d'y tenir des compétitions sportives d'envergure nationale et internationale.

«Cet équipement majeur consolide la position de Laval comme ville-centre métropolitaine au nord de Montréal, déclarait récemment l'universitaire Danielle Pilette, spécialiste en gestion et fiscalité municipales, urbanisme et tourisme. Ça va amener des retombées positives sur l'ensemble du secteur commercial et de bureau, susciter une demande et faire monter les valeurs foncières dans le secteur».