Ni vraie arme ni accusation pour le jeune de Montmorency


Publié le 2 mars 2017

La diffusion de cette vidéo ou photo ne serait finalement qu'une blague de très mauvais goût.

©TC Media - Vincent Graton

JUSTICE. Tout indique que l'opération policière déployée dans la soirée du 27 février au Collège Montmorency n'est que le résultat d'une mauvaise blague diffusée sur les réseaux sociaux et ayant pris des proportions démesurées.

L'enquête du Service de police de Laval a démontré que le jeune mineur de 17 ans arrêté dans cette affaire s'était fait filmer et photographier en possession d'une fausse arme dans une des toilettes de l'établissement scolaire lavallois.

«Il s'agit d'un pistolet à air comprimé avec lequel il est impossible de tirer un vrai projectile, d'affirmer Geneviève Major, porte-parole de la Police de Laval. Aucune menace n'a été proférée envers quiconque par ce jeune homme à part lui-même et c'est pourquoi aucune accusation ne sera portée contre lui.»

Le jeune garçon, un ex-étudiant du Collège Laval ne fréquentant pas les salles de classes du Collège Montmorency, n'est pas responsable de l'impressionnante intervention policière s'étant produite. Il n'a fait que diffuser ces images de lui parlant de se suicider une arme de poing à la main sur Snapchat.

Rappel des événements

Rappelons que ce jeune mineur avait été intercepté chez lui tard en soirée, après avoir été reconnu par un policier.

Des étudiants avaient prévenu les gardes de sécurité du Collège Montmorency et le 911, vers 19h25. Au plus fort de l'intervention, une quarantaine d'autopatrouilles étaient stationnées devant le cégep.

Des policiers armés étaient entrés à l'intérieur pour demander à des étudiants de ne pas quitter les salles où ils se trouvaient, pendant que ceux se trouvant dans les aires communes (cafétéria, agora, gymnases) étaient évacués.

À 20h55, les vérifications des 15 toilettes de l'établissement étaient complétées sans rien détecter d'anormal. Peu après 22h, les gens avaient pu commencer à réintégrer le Collège Montmorency pour récupérer leurs objets personnels.