De véritables ambassadeurs écologiques à Curé-Antoine-Labelle

Des élèves en déficience intellectuelle pour la protection de l'environnement


Publié le 22 mars 2017

Des élèves de CAL utilisent la reliure pour préserver l'environnement

©Mario Beauregard

ÉDUCATION.Des élèves en déficience intellectuelle de Curé-Antoine-Labelle (CAL) figurent en première ronde des finalistes du 7e concours annuel «Donne des super pouvoirs à ton école».

Parmi les 100 écoles retenues d'un océan à l'autre, on dénombre 20 établissements du Québec reconnus pour leur contribution à la protection de l’environnement, dont CAL. Les finalistes régionaux ont été sélectionnés par les représentants du Jour de la Terre Canada et de Staples Canada/Bureau en gros.

Ils se rapprochent donc du prix de 25 000 $ en articles technologiques. Les 10 écoles gagnantes seront annoncées le 22 avril.

Engagements environnementaux

Stéphane Côté, directeur général de CAL, et Christian Robert, gestionnaire administratif, ainsi que les enseignants ont été invités à décrire les actions entreprises par leur établissement pour préserver l’environnement.

«C'est Manon Ouzilleau, une secrétaire à CAL, qui a eu l'idée de participer au concours, précise le directeur général. C'est une grande fierté d'être parmi les finalistes.»

Développer l'autonomie

Une cinquantaine d'élèves ayant une déficience intellectuelle, âgés entre 12 et 21 ans, prennent part à différents ateliers pour développer une autonomie fonctionnelle sur le marché du travail. Ils ont largement contribué aux engagements environnementaux.

Ils ont notamment fait le ramassage de tout le papier recyclable de l’école Curé-Antoine-Labelle, laquelle comprend près de 2500 élèves et 250 membres du personnel. De plus, ils ont réutilisé le papier en fabriquant des bloc-notes à leur atelier de reliure.

Les élèves font de l'aménagement paysager pour le campus, qui leur permettra d'effectuer le grand ramassage printanier des feuilles et rebus. Ils ont adhéré à l'atelier horticole où ils feront pousser des fines herbes et fabriqueront des pots à fleurs, etc.

«Ça donne l’exemple à l’ensemble des élèves. Ils verront à augmenter la superficie verte de notre campus, admet M. Robert. Les jeunes en veulent toujours plus. Ils ne faut pas que ce soit trop routinier.»

Les élèves ayant une déficience intellectuelle de Curé-Antoine-Labelle ont fait preuve d’une grande conscience écologique.

©Mario Beauregard

Comité vert

Une friperie est aussi gérée par eux, permettant de donner une seconde vie aux uniformes. Certains participent également au conseil des élèves et l'influence.

D'ailleurs, un comité vert en est à ses premiers balbutiements, entre autres, pour multiplier les espaces verts du site et planter des arbres.

«Cette sensibilisation est maintenant prise en considération dans l’administration de notre école, qui s’engage à recycler les cartouches d’encre, les batteries, les canettes, les tubes fluorescents. Nous achetons des crayons à tableau blanc rechargeables, ainsi que de la vaisselle et des ustensiles compostables», termine Christian Robert.