Sections

Ambulanciers: une entente de principe est intervenue à Montréal et Laval

Publié le 22 juillet 2017

Certains moyens de pression vont cesser d'ici à ce que les membres montréalais et lavallois d'Urgence-santé se prononcent sur l'entente de principe intervenue le 21 juillet.

©Photo TC Media – Archives

NÉGOCIATION. Une étape a été franchie hier en vue de mettre fin à la grève de quelque 1000 ambulanciers de Montréal et Laval qui sont sans contrat de travail depuis le 31 mars 2015.

Le syndicat du préhospitalier, affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), a confirmé une entente de principe avec Urgences-Santé, qui dessert les deux villes.

Elle ne met toutefois pas fin à la grève — avec maintien des services essentiels — déclenchée le 5 février dernier, puisqu'elle doit se poursuivre jusqu'à la tenue du vote, qui aura lieu lors d'une assemblée au cours de laquelle les membres devront se prononcer.

Le représentant du secteur préhospitalier, Jean Gagnon, a expliqué que Québec avait présenté des «paramètres» qui seront acheminés aux autres syndicats du secteur en ce qui a trait au régime de retraite.

«Si tout le monde s'entend, il va y avoir une bonification du régime de retraite actuel pour aller avec un volet à prestations déterminées», a-t-il dit au cours d'un entretien téléphonique.

La grande majorité des ambulanciers sont syndiqués à la CSN et à la FTQ.

Vote à venir

Prudent, M. Gagnon a affirmé qu'il s'agissait d'une première étape et qu'il n'y avait pas encore de date identifiée pour la tenue d'une assemblée afin que les membres montréalais et lavallois se prononcent.

Entre-temps, certains moyens de pression vont cesser, notamment en ce qui a trait à la facturation des transports ambulanciers.

Cela permettra aux employeurs ainsi qu'au gouvernement provincial de revenir avec des propositions pour les 2600 ambulanciers représentés par la CSN à l'extérieur de Montréal et Laval.

«Pour le moment, nous sommes en attente», a dit M. Gagnon, précisant que le gouvernement doit rencontrer d'autres syndicats.

En début de semaine, la Fédération des employés du préhospitalier du Québec (FPHQ) avait rejeté la dernière offre monétaire des compagnies ambulancières qui concernait quelque 1500 employés de toutes les régions du Québec à l'exception des villes de Montréal et de Laval.

Toutefois, à la fin juin, le Syndicat des paramédics d'Ambulance Mido, à Dolbeau-Mistassini, au Lac Saint-Jean, qui compte une trentaine de membres, avait conclu une entente avec la Corporation des services d'ambulance du Québec afin de renouveler leur contrat de travail.

Ce syndicat est affilié au Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), un syndicat de 42 000 membres qui est indépendant des centrales.

La Presse canadienne