Des ventes de 100 M$ dès la première année

Total Métal Récupération

Dans l'ordre habituel, on reconnaît le maire Marc Demers, la ministre régionale Francine Charbonneau et le président et chef de la direction de Total Métal Récupération (TMR), Jean-Guy Hamelin.

RECYCLAGE. Inaugurée officiellement le 10 avril dans l'est de Laval, l'usine de déchiquetage et de recyclage de métaux est non seulement la plus moderne et la plus écologique du genre en Amérique du Nord, mais sûrement parmi les plus profitables.

Publicité

On voit ici la grue s'activer près du convoyeur qui achemine la ferraille au triage, où l'on sépare les métaux ferreux des métaux non ferreux avant de les passer à la déchiqueteuse.

«Après un mois, on a une vitesse de croisière supérieure à celle d'une compagnie en affaires depuis 30 ans», affirme le président et chef de la direction de Total Métal Récupération (TMR),
Jean-Guy Hamelin.
Déjà, l'usine traite mensuellement 25 000 tonnes de ferraille, alors que ce nouveau centre de tri pourra recevoir et traiter jusqu'à 50 000 tonnes de rebuts par mois.
Selon son vice-président Finances, Paul-Émile Tremblay, TMR devrait boucler sa première année d'exploitation avec un chiffre d'affaires de 100 M$.
Partenaires de renom
L'homme d'affaires Jean-Guy Hamelin a réuni deux douzaines d'investisseurs canadiens et européens, parmi lesquels on retrouve Guy Laliberté (fondateur du Cirque du Soleil), Jacques Lamarre (ex-PDG de SNC-Lavalin), Daniel Gauthier (président du Groupe Le Massif), Gérard Geoffrion (ex-PDG de Van Houtte) et Marc DeSerres (PDG de DeSerres).
Les partenaires ont injecté 30 M$ dans l'aventure, soit près de la moitié des 70 M$ investis à ce jour.
Novateur
Sans doute ont-ils été séduits par ce projet novateur en termes d'efficacité énergétique.
TMR en veut pour preuve l'acquisition de deux immenses grues fonctionnant à l'électricité plutôt qu'au diesel.
On évitera ainsi de consommer 178 000 litres de diesel par année, ce qui équivaudra à nous soulager de 500 tonnes d'émissions de gaz à effet de serre chaque année.
«Nous avons ici une nouvelle preuve que l'environnement n'est pas en opposition à l'économie, bien au contraire», a fait valoir la ministre régionale, Francine Charbonneau.
Celle-ci a d'ailleurs annoncé une aide financière d'un peu plus de 600 000 $ via le programme ÉcoPerformance, découlant du Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques.
Premier occupant
Le maire Marc Demers a notamment souligné que Total Métal Récupération était la première entreprise à s'établir dans le nouveau parc industriel autoroutier 25-440.
Annoncé il y a deux ans, ce parc privé que l'on doit incidemment à Jean-Guy Hamelin abrite une superficie de trois millions de pieds carrés. À elle seule, son usine de recyclage de métaux en occupe le quart.
Outre les carcasses de voitures en provenance de recycleurs québécois de pièces d'autos usagés, ce déchiqueteur urbain réduit en pièces les appareils électroménagers et les rebuts de métaux industriels.
Une fois recyclés, ces produits sont acheminés aux fonderies et aciéries à travers le monde, leur assurant une seconde vie.

Publicité

À lire aussi